Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Hero

Hero

dimanche 25 février 2007, par Mathieu Doublet

(Boom ! Studios / Yoshitaka Amano & Jessie Horsting)

Hieronymus, ou Hero pour faire plus court, est un musicien jouant dans un groupe ayant une certaine renommée. Il est donc
régulièrement invité dans diverses fêtes où son look fera à coup sûr sensation. En rentrant chez lui un soir, il reçoit une
de ses invitations. Il n’en aurait habituellement rien à faire mais le fait que l’invitation soit personnalisée et loin d’être
commune donne envie à Hero d’en savoir un peu plus.

Arrivé sur les lieux, Hero se rend compte qu’effectivement, il s’agit d’une fête comme les autres où, peut-être, les invités se
lâchent un peu plus que d’habitude. Il rencontre une jeune femme aux yeux verts qui lui propose une boisson de la même couleur.
Et à partir de ce moment-là, le monde d’Hero bascule. Reste à savoir si tout n’est qu’une hallucination due à l’absinthe ou bien
si son monde a changé.

Yoshitaka Amano est plus connu pour le célèbre design qu’il a donné à toute la saga Final Fantasy. Pour les amateurs de comic-book,
il a déjà été aperçu dans Dream Hunters, un récit de Sandman qu’il illustrera. Et Hero est du même calibre. Pas de bande dessinée ici,
mais bel et bien un récit en prose sur lequel Amano place ses illustrations. Le récit en lui-même est sympathique : on se laisse guider
tout comme le héros dans ce monde étrange dans lequel il plonge. Dommage simplement que ce livre de 96 pages ne contienne qu’une introduction
et que le fond de l’histoire ne se révèle pas ici.

Pour les illustrations, le travail d’Amano est vraiment étrange. En fait la plupart des illustrations est si brouillonne qu’on n’y fait pas très
attention, emporté qu’on est par le texte puis en y jetant un oeil une seconde fois, on se rend compte qu’il y a beaucoup plus de détails qu’il
n’y paraît. Ce sont donc de jolis images mais trop complexes pour être réellement illustratrices. Et ajoutons aussi que le placement des illustrations
par rapport au texte est souvent mal faite. Là où on s’attend à voir une image qui nous permettrait de mieux visualiser ce que le texte nous raconte,
on a souvent des illustrations de Hero ou d’autres personnages sans qu’on comprenne bien ce que ces illustrations font là.

Bref, Hero n’est pas un mauvais livre mais j’espère que par la suite, la composition de l’album et la relation entre le texte et l’image sera améliorée.

P.S. L’étrangeté du bouquin n’a d’égal que sa description chez l’éditeur Boom !. En effet, le résumé donné n’a strictement rien à voir avec le livre.

Pour acheter ce livre :