Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Jonah Hex > Jonah Hex Vol. 10 : Tall Tales (#55-60)

Jonah Hex Vol. 10 : Tall Tales (#55-60)

mercredi 1er juin 2011, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Jimmy Palmiotti & Justin Gray / Vicente Alcazar, Phil Winslade, Jordi Bernet, Giancarlo Caracuzzo & Brian Stelfreeze)

Ce livre contient les numéros 55 à 60 de la série régulière.

Billy Dynamite. Un nom comme celui-ci, il se mérite. Et le pauvre Billy, il l’a certainement fait en voyant tout d’abord ses parents se faire tuer pour une recette de saloon bien maigre puisque peu visité pendant l’hiver et en gérant
le troquet lui-même du haut de ses 10 ans à peine. Son arme : sa jeunesse et la surprise que peut avoir un tout petit bâton d’explosif dans la bouche d’un grand malfrat. Autant dire qu’après, le bandit a un visage qui n’a rien à envier
à celui du chasseur de têtes défiguré. Et le sort de ce pauvre Billy ne sera d’ailleurs pas beaucoup plus enviable puisque la vengeance ne tardera pas à ouvrir les portes à double battants de son établissement. Autrefois, lors de la mort des parents de Billy, Jonah Hex semblait être touché par la mort de ses deux personnes, comme s’il avait quelque chose à se reprocher. Alors la jeune femme qui tenait le troquet en compagnie de Billy décide de le retrouver pour que, une fois de plus, la vengeance puisse s’exercer dans le sang et la poudre de préférence.

C’est donc la premère histoire de ce livre qui sera suivi d’une vieille indienne qu’on fait chanter pour récupérer son terrain à vil prix et d’un fantôme gris, cow-boy masqué qui semble avoir une dent contre tous les soldats qui ont trahi le camp du sud lors de la guerre de Sécession. Autant dire qu’on ne va pas rigoler dans ces histoires et que chacun va y aller de son petit refrain sur l’amour des siens, sa propriété et la vengeance qui semble devoir s’appliquer tout naturellement, dans un monde où le concept de maintien de la loi est encore flou.
Du classique donc, auquel la paire de scénaristes ajoute deux numéros un peu plus particulier : le second est celui qui raconte les histoires du point de la balle qui est tirée. Intéressante à la fois dans la construction de l’histoire et dans son propos. C’est un petit côté de l’histoire des Etats-Unis auquel nous avons à faire par le petit bout de la lorgnette, par un objet aussi commun qu’un peu de métal abritant de la poudre. Le premier récit inhabituel est celui qui donne son titre au recueil. Deux gamins pêchent et se racontent les histoires de la légende "Jonah Hex" même si certaines d’entre elles ont été transmises par un homme baignant dans l’alcool la majeur partie de la journée. Alors quand l’école est fermée et que les gamins sont tenus à l’écart parce que la légende a débarqué en ville, la curiosité est trop forte et les enfants vont en prendre plein les mirettes, même si tout cela les met en danger. Ce récit est nettement plus optimiste que tous les autres et montre le côté légendaire de certains cavaliers du far-west. Ce sera l’occaison de retrouver Backlash, Nightwhip ou encore les Trigger Twins.

C’est Jordi Bernet qui s’occupera de ce numéro particulier ainsi que celui du fantôme vengeur. Rien à dire sur le trait de l’espagnol, c’est toujours du très bon boulot avec une belle maîtrise de la narration. Palmiotti & Gray s’entourent de dessinateurs avec qui ils ont déjà collaboré et c’est ainsi qu’on va retrouver Phil Winslade (The Monolith - tiens, d’ailleurs, sur Facebook, ils cherchent des gens pour soutenir le projet de recueil pour la mini-série) ou bien Giancarlo Caracuzzo (The Last Resort, Random Acts of Violence). Winslade fournit des planches superbes et ultra-détaillées tandis que Caracuzzo gère bien aussi son histoire avec un style auquel je me familiarise avec le temps. Finissons par Vincente Alcazar qui ouvre le livre et le très rare Brian Stelfreeze qui le clôt. Là encore, tout est bon, on a à faire à des dessinateurs qui connaissent leur métier.

Tall Tales ne dépareille aucunement des autres recueils de Jonah Hex avec deux récits qui sortent de l’ordinaire et d’autres dont la fin est à la fois très brutale et finalement avec toujours un soupçon d’humour noir. Une série toujours vivement conseillée.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :