Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Vertigo > Daytripper

Daytripper

lundi 18 avril 2011, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Fabio Moon & Gabriel Ba)

Ce livre reprend les dix numéros de la mini-série.


Bras de Oliva Domingos est un jeune homme dont le métier est d’écrire des nécrologies. Un travail qui peut sembler très classique mais dans lequel Bras tente d’exercer sa plume et d’apporter, comme le dit son rédac’ chef, un peu de réconfort pour les familles des défunts. Pour Bras, il s’agit aussi d’un moyen de s’entraîner et de gagner sa vie en s’approchant de son véritable rêve : écrire un roman. De quoi égaler le paternel et enfin être reconnu par celui qui est l’un des auteurs les plus appréciés du Brésil. Alors forcément, quand la glorification du père se passe lors de l’anniversaire du fils, c’est l’occasion de beaucoup de rancoeurs et de colère enfouie même si beaucoup de gens le comprennent. Forcément, pour Bras, le plus important, c’est celui qui l’ignore mais le jeune homme (enfin 32 ans quand même) pourrait bien apprécier trop tard que la vie lui est plus belle qu’il ne le pensait.

Dix épisodes pour Daytripper qui prend un concept Little Nemo-esque complètement pervers : là où Windsor McKay réveille son personnage à chaque épisode, les frangins brésiliens décident de tuer leur héros. Pour reprendre sa vie comme si rien ne s’était passé et le tuer à nouveau. Sorti du gimmick de la série, les frères ont complètement réussi leur coup et montrant que n’importe quelle journée peut être la dernière et que, peu importe leur qualité, ces journées valent la peine d’être vécue et sont toujours riches d’événements. Que ceux-ci soient agréables ou pas, il y a toujours un moment où Bras pourrait apprendre cela mais la tête dans le guidon des nécrologies de son journal, il ne prend pas vraiment la peine de s’apercevoir qu’il vit et que c’est une véritable chance.
C’est donc sur ce thème très difficile de la vie et de la mort que Fabio Moon et Gabriel Ba reposent tout un bouquin qui se lit aussi bien d’une traite qu’épisode par épisode. En jouant sur la tragédie de la mort d’un héros qui arrive parfois à une quasi-félicité, ils provoquent chez le lecteur des sentiments complexes : aussi bien de la tristesse (parce que Bras et les personnages qui l’entourent sont très humains) que la joie (d’être en vie et que c’est surtout celle-ci qui est célébrée dans les dix épisodes).

Les deux frères savent dessiner et comptent à leur actif de nombreux albums en auteurs complets (comme Pixu) qu’en collaboration (Umbrella Academy pour Gabriel Ba). Leur graphisme est très frais dans le monde de la bande dessinée américaine parce qu’ils sont inspirés de nombreux artistes et pas forcément des super-héroïques. Du coup, il y a de la nervosité dans les planches mais aussi un savoir faire pour passer des moments plus calmes (et forcément avec un récit composé de tranches de vie, ça ne fonce pas à 100 à l’heure tout le temps) et des visages et des corps très expressifs qui montrent bien toute la tendresse, le désarroi et parfois la haine qu’ils peuvent ressentir. Ba et Moon réussissent aussi à faire passer les sensations qu’on ressent lors de moments magiques pendant sa jeunesse ou le début de sa vie d’adulte qu’il s’agisse de l’amour, de la naissance de son enfant, d’un rapprochement avec la nature, de l’atteinte d’une amitié entière et indéfectible ou encore de la compréhension de la vie.

Alors oui, j’ai vraiment beaucoup aimé Daytripper, voire même carrément adoré et je pense qu’il fait d’ors et déjà parti des meilleurs albums de l’année (2010 ou 2011 suivant qu’on considère la mini-série ou bien sa publication en TPB) mais je comprendrai aisément que certains n’aiment pas ce livre. Peut-être parce que ce livre leur fera mal lors de la lecture, peut-être parce qu’il ne comprendront pas forcément ce que les personnages vivent. Mais en réalité, ce fait de ne pas aimer Daytripper ne fait que confirmer le fait que ce livre est un livre qui touche au plus profond de l’être humain. Et en cela, c’est une parfaite réussite.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr : (le plus cher est bien entendu la version anglaise sortie chez Titans Books, les deux versions sont brochées)