Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Dark Horse > The Goon > The Goon TPB 4 : Virtue and the Grim Consequences Thereof

The Goon TPB 4 : Virtue and the Grim Consequences Thereof

jeudi 31 mars 2011, par Mathieu Doublet

(Dark Horse / Eric Powell)

Ce livre contient les numéros 9 à 13 de la série régulière.

Il était une fois des petits jeunes qui voulaient s’entraîner au football américain mais qui ne voyait pas vraiment comment le faire en n’étant que trois ou quatre. C’est alors qu’ils aperçoivent un Goon en fin d’adolescence et qu’ils comprennent rapidement qu’un tel buldozer ne peut qu’être un adversaire à la hauteur de leurs espérances. Alors que son rencard est tombé à l’eau, The Goon n’a plus que ça à faire d’autant que les petiots ont la répartie facile. Lors de sa prestation, The Goon est abordé par Harley Labeau, un ancien joueur qui cherche à devenir coach et a redonné une équipe de football à leur petite ville, ce qui redonnerait courage et espoir à tous les habitants surtout en ces temps de guerre des gangs où quatre familles cherchent à récupérer le plus de terrain possible. Le souci, c’est qu’il faut trouver des joueurs et c’est ce dont The Goon va se charger. Autant dire que les équipes d’en face vont en être pour leur frais, étant donné que la défense des Fish-Canners risque d’être des plus musclées.

C’est par un récit en flash-back que commence ce tome du Goon qui va se révéler à la hauteur des précédents mais sans matière à développer l’univers ou alors comme des graines de ce qui pourra être exploité par la suite. Ce premier épisode ajoute des détails quant à l’avènement non voulu du prêtre zombie et du rôle que The Goon a pu jouer dans celui-ci. On y trouvera une montagne de muscles encore non défigurée mais un Franky déjà bien roublard et vicieux. Par la suite, le récit en deux parties avec le Dr Alloy est sympathique mais aussi très léger. C’est surtout l’occasion de mettre en scène des créatures à tentacules et des combats de robots. Le docteur continue son petit bonhomme de super-vilain intéressant avec un épisode de prison plein de sens. Et d’humour aussi bien entendu, le poing est l’arme la plus redoutable du Goon mais les rires (ou les sourires) sont déclenchés par son papa.

Pour les dessins, pas grand chose à ajouter, c’est souvent très nickel avec une prestation au crayon pour la parodie du Conte de Noël de Charles Dickens. C’est joli, c’est soigné, j’en redemande.

Un quatrième TPB plus anecdotique que les autres mais qui peut gagner en valeur par ce que Powell en tirera. Le lézard mexicain est toujours de la partie et si son texte n’est pas de la plus grande importance, un moteur de traduction comme celui de Google vous aidera à mieux le comprendre. Si la traduction est inexacte, on comprend tout à fait ce qu’il veut dire et cela permet à Powell de garder un personnage insultant, fort en gueule et signe particulier de la série.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF :