Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > Uncanny X-Men : Nation X HC

Uncanny X-Men : Nation X HC

vendredi 11 mars 2011, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Matt Fraction, Simon Spurrier, James Asmus, Chris Yost, Scott Snyder, C.B. Cebulski & Jim McCann, John Barber, Tim Fish, Becky Cloonan, Chuck Kim, Grace randolph, Corey Lewis, Peter Milligan, Roberto Aguirre-Sacasa, Ivan Brandon & Joe Caramagna / Alan Davis, Terry Dodson, Greg Land, Whilce Portacio, Leonard kirk, Mike Allred, Michele Bertilorenzi, David Lopez, Mike Choi, Sonia Oback, Tim Fish, Becky Cloonan, Gabriel Hernandez Walta, James Harren, Karl Moline, Corey Lewis, Harvey Tolibao, Rael Lyra & Niko Henrichon)

Ce livre contient :
- X-Men Dark Reign : The List #1
- Uncanny X-Men 515-522
- X-Men : Nation X #1-4

Il fait suite à Dark Avengers - X-Men : Utopia.


Le père Norman Osborn est loin d’être content ce qu’on peut tout à fait comprendre après la débâcle d’Utopia et il en a surtout gros sur la patate envers Namor et Emma Frost. Il va donc décider d’envoyer une version bien plus destructrice et passablement déshumanisée de Marrina. Si vous avez en mémoire la version humaine de la fiancée de Namor, elle est maintenant plus proche d’un croisement entre un requin et un Alien de Giger. bref, namor va perdre un de ses sujets et va demander aux X-Men s’ils n’auraient pas un petit coup de main à rendre, histoire que les choses soient bien claires entre eux.
Mais finalement, Osborn n’aurait pas dû être si en colère puisque les X-Men ont eux aussi pas mal de souci. En effet, l’ancien astéroïde de Magneto n’est absolument pas en état de flotter et de fournir le minimum syndical en matière de survie aux presque 200 habitants d’Utopia. Et même si ceux-ci sont libres d’aller et de venir de l’île jusqu’à San Fransisco, il risque tout de même certaines restreintes qui commencent à peser lourdement sur les épaules de Scott Summers tandis qu’Emma Frost a toujours une partie du Void en elle et qu’elle est donc plus que distante et froide sous sa forme cristalline. Certains de ces plus proches alliés ont même certains doutes sur la manière dont les choses sont menées et vont donc faire leur paquetage. Et pour ne rien arranger, si Utopia est ouverte à tous les mutants, il n’est peut-être pas certain que tous soient prêts à accepter un Magneto repentant à bord ...

Que dire de ce Nation X ? Tout d’abord que j’ai lu ça avec plaisir et sans rechigner, Matt Fraction réussit à construire des scènes qui lisent bien avec des personnages attachants, il amène un retour dont je comprends encore mal l’intérêt sauf à souligner ce qui va se passer dans Second Coming. Disons qu’au niveau légereté, ça n’est pas franchement gagné. De même, l’arrivée de Magneto est toute sauf grandiloquente et même si, de temps en temps, un soubresaut de suspicion renait, le sort du maître du magnétisme ne m’a vraiment pas captivé. En fait, ce qui m’a le plus dérangé dans Nation X, sans parler de Cyclops qui nous fait une fois de plus le coup du "je suis dépassé par les événements", c’est qu’on ne sent absolument pas la tension à bord d’Utopia. On a beau nous dire que les conditions sont rudes, qu’on est au bord de la guerre civile parmi les mutants, tout cela ne reste que du "on dit" et pas du "on montre". Dommage que Fraction soit trop intéressés par ses personnages principaux (était-on obligé une fois de plus de passer par les psychés de Scott et d’Emma ? J’ai l’impression qu’on nous a fait le coup il n’y a pas si longtemps ...) et pas plus par la population d’Utopia.
C’aurait pu être la bonne idée de la mini-série Nation X composée de mini-récits censés raconter ce qui se passe sur le satellite. Sauf que non, là encore, on préfère parler de personnages n’ayant pas de pouvoirs, d’un rêve de Doop, d’Emma Frost sermonnant les Cuckoos et pas de ce qui se passe chez ceux qui ont faim. Et ça n’est pas le récit de jeunes recrues tentant de percer le frigo et se frittant avec Warpath qui va ajouter une vraie tension.

En ce qui concerne les Nation X tout comme la série régulière, c’est très joli. Sur Uncanny, on a toujours droit à l’alternance du couple Dodson et de Greg Land, sans aucune surprise mais qui me va bien. Heureuse surprise aussi de revoir pour un numéro Whilce Portacio qui apporte, à défaut de grands changements, un peu de fraîcheur. Les récits de Nation X sont eux confiés à des dessinateurs variés mais souvent très bons. Avec Michael Allred ou Niko Henrichon, difficile de se plaindre.

Le hardcover Nation X est donc une lecture agréable pour un arc des Uncanny X-Men et des pages de remplissages qui sont toujours plus agréables que des pages de scripts ou diverses couvertures variantes et autres sketchbooks (d’autant qu’il y a je crois toutes les couvertures dans le bouquin). Ceci étant je trouve que Matt Fraction ne réussit pas à aborder tous les points les plus intéressants de la crise qu’affrontent les X-Men. Un coup presque réussi. Presque.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com : (version couverture dure puis souple)

Sur Amazon.fr : (couverture souple)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0