Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > The Marvelous Land of Oz HC

The Marvelous Land of Oz HC

mercredi 9 mars 2011, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / L. Frank Baum & Eric Shanower / Skottie Young)

Ce livre contient les 8 parties de la deuxième mini-série.

Le jeune Tip (Tippetarius pour les précis) vit dans le pays de Gillkins, au nord du territoire d’Oz et malgré son insouciance, il doit chaque soir rentrer chez lui, autrement dit chez la vieille Mombi qui se trouve être une sorcière pas très agréable. Un jour pas comme les autres, Tip décide de faire une blague et de filer la trouille à la vieille en sculptant une citrouille et en lui donnant un corps de bois. Sauf que la sorcière est plus expérimentée que le jeune garçon ne se doute et le tour est loin d’avoir l’effet escompté. Mombi décide plutôt d’essayer une poudre d’animation récemment acquise et voilà la citrouille qui se déhanche et qui devient vivantes. Pour punir Tip, elle décide qu’elle va le transformer en statue de marbre et garder la citrouille pour les corvées. Même si tout cela n’est que mensonge destiner à effrayer la jeune âme, Tip décide qu’en réalité, il peut tout aussi bien faire ses valises et s’enfuir en compagnie du nouveau souffre-douleur de la sorcière. Il en profite pour chipper de quoi manger et la poudre d’animation et trace son chemin en direction de la cité d’Emeraude. Là reigne l’épouvantail depuis les récents événements d’Oz et peut-être que sa grande intelligence permettra à Tip de résoudre ses problèmes ...

On prend les mêmes et on recommence après un Wonderful Wizard of Oz tout bonnement excellent. Eric Shanower suit le déroulement des différents romans écrits par L. Frank Baum en y intégrant même certains passages de la comédie musicale puisque Marvelous Land of Oz était tout d’abord prévu comme tel après le succès de l’adaptation du magicien d’Oz à Broadway. Je ne connais ni le roman ni la comédie musicale mais ce que je sais, c’est qu’Eric Shanower a encore réussi à rendre le monde d’Oz terriblement sympathique avec une intrigue toute simple pleine de charme, de surprises (attention à ne pas vous spoiler le twist en regardant les couvertures en fin de volume) et de personnages attendrissants. Ce qui est très fort, ce sont les dialogues souvent très amusants et toujours pleins de bon sens. Que ce soit le Woogle Bug qui cherche à illuminer tout le monde de ses traits d’esprits (parce que les gens cultivés aiment les jeux de mots, je suis bien d’accord) ou le cheval de bois très acide, chaque personnage apporte un petit plus à cette compagnie que l’on va suivre avec plaisir. Et si les fans du premier tome ne retrouveront pas ici Dorothy ou le Lion, ils ne seront pas longtemps laissés en territoire inconnu puisque l’épouvantail et l’homme de fer sont de la partie.

Le succès du premier volume était aussi dû à la traduction visuelle que Skottie Young avait fait du script d’Eric Shanower. Si la citrouille et l’épouvantail me semblent être des personnages assez proches, tous les personnages gardent une bohommie et un air joyeux véritablement communicatifs, les magiciens savent parfaitement envoyer des signaux contradictoires et les armées de Jinjur sont véritablement excellentes. La version cartonnée propose des planches agrandies par rapport à la version comic-book classique. De quoi en profiter encore plus avec, il faut le préciser, toujours les superbes couleurs de Jean-François Beaulieu.

Bref, la poésie, la magie, l’humour continuent et je ne peux qu’attendre le troisième opus, Ozma of Oz, avec une impatience mal contenue. Vite, vite, vite, donnez-moi ma dose !


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com : (pour la version souple, il faut attendre août, alors autant prendre cette sublime version)

Sur Amazon.fr :