Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Superman > Superman Secret Origin HC

Superman Secret Origin HC

vendredi 25 février 2011, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Geoff Johns / Gary Frank)

Ce livre reprend les six parties de la mini-série.


Malgré les avertissements, Clark Kent est sur une pelouse, prêt à en découdre avec ses camarades en jouant au football américain. Sauf que, ce faisant, il casse le bras de Pete Ross simplement en tombant pas lors d’un tacle. Il a vraiment honte de ce qu’il a fait d’autant qu’il a dépassé l’interdiction familiale. Mais cela ne devrait pas l’embêter plus que ça puisque la popularité de Pete a grimpé en flèche. Heureusement il a Lana Lang pour le soutenir mais quand elle l’embrasse, ses yeux lancent des rayons laser qui mettent le feu au collège. C’est tout naturellement que ses parents se décident à lui montrer la navette spatiale dans laquelle il a atterri. Sauf que l’imprévu arrive avec une vidéo des véritables parents de Clark et le jeune garçon a du mal à accepter sa non-acceptance au genre humain.
Des années plus tard, il arrivera à Metropolis où il continuera d’aider les gens sous le costume de Superman en faisant de l’ombre à une autre figure proéminente de Metropolis, Lex Luthor, qui depuis son plus jeune âge a eu envie de mettre main basse sur la ville, lui qui était si supérieur que tous les autres habitants de Smallville ...

Alors je partais plutôt méfiant, voire carrément circonspect quand à la venue d’une nouvelle série "origine" de Superman, me demandant bien ce que Geoff Johns allait bien pouvoir ajouter à cette origine "secrète". En réalité, le côté secret est plus un clin d’oeil marketing (Johns a signé un arc de Green Lantern portant le même nom mais avec justesse puisque tout cela menait à Blackest Night). Ici, on reprend les personnages bien connus de l’univers Superman et hop, hop, on secoue tout en gardant exactement les mêmes genres d’anecdotes et d’aventures, avec les mêmes comportements aussi bien dans les personnages principaux que dans le public. Tout juste Johns met-il Metallo et Parasite sur le devant de la scène comme les deux premiers méchants que Superman doit éliminer. Pour le reste, rien. Et ça n’est pas l’arrivée de la Légion des Super-Héros pendant la jeunesse de Clark qui va apporter quelque chose. Cet épisode (sur six, c’est quand même énorme) est là simplement pour en quelques phrases placer les arcs les plus récents de Superman comme Doomsday ou New Krypton. Ca s’appelle du placement de produits et ça peut tout à fait être mis en fin de bouquin. Johns ne se risque pas à lancer d’autres plans en l’air qu’un scénariste dans le futur aurait l’idée d’exploiter et qui pourrait au moins justifier l’existence de cet épisode.

Pour le reste, c’est bien fait. On ne s’ennuie pas, on lit les planches avec grand plaisir, se vautrant dans une histoire qu’on connaît par coeur. Le souci, c’est que Secret Origin, c’est un peu le premier Superman de Richard Donner. Et comme la partie graphique va complètement dans ce sens (Clark ressemble trop à Christopher Reeves, Lois souvent à Margot Kidder), on met à la nouvelle origine un costume qui a, quoi, plus de 30 ans ? Dans le domaine de la rénovation, on a fait largement mieux, à moins que ce soit du vintage. J’adore le travail de Gary Frank et je crois bien que si il n’avait pas été aux commandes des crayons, je n’aurais pas autant accroché à Secret Origin. Pour autant que j’apprécie énormément son travail, le premier épisode montre que le dessinateur doit encore se concentrer que les personnages jeunes et adolescents. Entre deux cases, Clark peut prendre 4 ans. Alors d’accord, la période collège-lycée (habilement non située dans le temps) n’est pas la plus facile à représenter, mais les écarts sont trop importants pour qu’on puisse comprendre à quel moment se situe l’action. Frank a aussi tendance à aller un peu trop dans les travers qu’on lui connait et le jeune Luthor ressemble tout simplement au Joker dans sa prime jeunesse, la faute à un visage réellement trop crispé.

Je conseillerai donc Secret Origin à ceux qui n’ont jamais lu cette histoire mais alors qu’un bel exercice de style sur Internet a eu lieu et demandait de raconter un moment des comics en une page (la naissance de Superman en faisait partie), je me demande la pertinence de la raconter sur 6 numéros de taille respectable (on était sur le format 30 pages, si je ne m’abuse). Les fans de Gary Frank pourront aussi en profiter. Pour les autres, ben, vous pouvez faire l’impasse, ce récit n’a aucune importance pour la suite des événements et ne résoud pas vraiment de contradiction passée (au moins suivant mon expérience des aventures du Kryptonien).


Pour acheter ce livre :

En VO : (version Deluxe avec des pages plus grandes qu’un comic-book régulier)

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0