Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Fish ’N’ Chips Vol. 1

Fish ’N’ Chips Vol. 1

vendredi 21 janvier 2011, par Mathieu Doublet

(Autoproduit / Steve Hamaker)

Dans un soupir, un professeur raconte à son élève qui étaient les deux héros dont ils croisent la statue : Fish ’N’ Chips. Une histoire qui remonte à bien longtemps. A Solomon City, une sombre menace couve alors que les Vampiyres (avec
un y mais finalement, ils ont des dents aussi et se nourrissent de sang) tentent de conquérir la ville sous les ordres du chef Fixion. La ville n’a pas beaucoup de ressources pour affronter ces ennemis hors-du-commun. Cependant, les officiers Val Dyer et Daxer Fann sont là pour contre-balancer les pouvoirs surnaturels des suceurs de sang. Il faut dire que depuis deux ans, les choses ont véritablement changé pour le chat et le poisson. Le premier se baladait dans des montagnes avec son frère et a découvert un pendentif qui lui donne des pouvoirs "explosifs". Mais ça n’est pas tout et si Daxer Fann peut piloter un corps robotique à partir de son aquarium, c’est qu’il doit la vie à son ami félin. Toujours est-il que cette affaire est la plus grosse de leur carrière et sans le savoir, leur ennemi est très confiant dans sa victoire.

Steve Hamaker a déjà montré ses deux héros dans l’excellente anthologie ’pour tous lecteurs’ Flight Explorer. Ce volume nous raconte donc leur histoire qui va se révéler assez surprenante. Et c’est tant mieux car avec les idées préconçues que l’on peut avoir en lisant un comic-book, la surprise reste fraîche et provoque le lecteur même si le rendu de la scène n’est peut-être pas aussi fort que souhaité. Il n’empêche qu’Hamaker, court chapitres après courts chapitres, met en place une intrigue solide avec des personnages clairement définis. Il y a de l’action, du suspense, un traître (forcément) et aussi un peu d’humour (surtout pour le passage en couleurs déjà publié dans Flight). Pour un titre ’pour tous lecteurs’, je trouve qu’il y a quand même des passages un peu dégoûtants (pas pour un lecteur de Hack/Slash, hein, mais pour un gamin, il y a des trucs qui peuvent être impressionnants) mais ça peut aussi être l’occasion d’accrocher un certain lectorat qui se repaîtra de ces passages qui ne sont pas si immondes que ça. N’empêche que vous êtes prévenus et que si la personne à qui vous l’offrez est facilement impressionnable, elle aura peut-être du mal avec certains passages.

Hamaker est un artiste qui bosse chez Cartoon Books en compagnie de Jeff Smith. On lui doit la colorisation de toute la saga Bone (publiée chez Scholastic ou chez Delcourt) et il bosse sur tous les autres projets comme RASL, Shazam ou Little Mouse. L’artiste a un coup de crayon très sympathique qui convient très bien à cet univers mêlant science-fiction et animaux. Comme le ton est léger, on ne cherchera pas le réalisme mais l’efficacité et Hamaker est meilleur dans la représentation des animaux que des humains. Niveau décor, il y a aussi beaucoup de travail et le les yeux du lecteur en sont récompensés. C’est sans parler du fait que ce volume représente le début de Fish ’n’ Chips et que l’on voit toute la progression du trait d’Hamaker qui s’améliore de chapitre en chapitre jusqu’à culminer à la version colorisée. Il y a ensuite une mini-aventure en noir et blanc (avec trames, s’il vous plait) qui confirme tous les progrès réalisés.

Fish ’n’ Chips est donc une aventure très sympathique avec quelques bonnes idées qui lui permettent de sortir du lot. Pour des jeunes lecteurs (mettont à partir de 8-9 ans), c’est parfait. Dommage qu’aucun éditeur VF n’ait mis la main dessus. Espérons déjà qu’Hamaker donne suite aux aventures de Fish’N’Chips en VO.


Pour acheter ce livre :

Ben, ce n’est pas compliqué, il suffit d’aller sur le site de l’auteur et il y a la bannière prête à cliquer, paiement par paypal (avec peut-être un léger surplus pour les frais d’envoi), bref tout pour vous simplifier la vie. Et peut-être aurez-vous dans le package une petite dédicace ainsi qu’une carte postale représentant une aquarelle de Fixion comme ça a pu être mon cas.

Messages