Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Batman > Batgirl #9-14 : Flood + 2 autres récits

Batgirl #9-14 : Flood + 2 autres récits

lundi 17 janvier 2011, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Bryan Q. Miller / Lee Garbett)

Stephanie Brown a gagné en assurance dans le costume de Batgirl avec le soutien de Barbara Gordon et c’est un taré qui se fait appeler Johnny C. qu’elle doit arrêter. L’homme en question a une ceinture
pleine d’explosifs et se dit prêt à la faire sauter afin de faire comprendre aux Gothamites qu’ils vivent dans une ville pourrie et qu’ils doivent la quitter le plus vite possible. En réalité, il n’est pas
vraiment une menace pour la justicière et se fait rapidement maîtriser. A tel point qu’il en tombe amoureux ...
Mis à part cela, la fille prodigue du clan Batman doit affronter des ennemis d’un nouveau type, ressemblant à des zombies mais causant de manière informatique à base de 0 et de 1 (à moins qu’ils fassent le
bruit très irritant des fax / modem 56K), des techno-zombies. Tout cela pourrait bien porter la signature du Calculator alors qu’Oracle joue toujours le rôle de conseillère pour sa fille.

Bryan Q. Miller continue son run avec Batgirl et toujours dans la qualité. Il doit aussi faire en sorte qu’Oracle soit moins présente pour Stéphanie alors que la série Birds of Prey vient de reprendre. Il joue
donc la carte de l’assurance pour son héroïne mais aussi change le rôle du sorcier de la technologie, ressort indispensable aux justiciers de Gotham. C’est finement amené, permet d’écrire une histoire qui se laisse
suivre avec plaisir et qui donne un peu plus de matière à la mini-série Oracle : The Cure et liant cela aux événements (relativement récents) de Final Crisis,
ce qui le prolonge de façon naturelle (ça n’est pas parce que Darkseid s’est pris une pilée que tous les effets de sa venue ont disparus d’un coup d’un seul).
Les deux numéros suivants (avant le numéro estampillé Bruce Wayne The Road Home) sont des one-shots, le premier met en scène un combat entre Batgirl et Clayface (ce qui permet de comprendre aussi comment fonctionne Tim Drake
dans sa série) mais permet surtout de développer un peu le flic pour lequel Stéphanie a un petit coup de foudre. Le second nettement plus fun crée une relation entre Batgirl et Supergirl qui s’entendent comme larrons en
foire et qui doivent éliminer des vampires issus d’un vieux film (comme quoi, le ciné en 3D, c’est tout pourri). Très bonne humeur, on ne s’ennuie pas et il semble que les deux héroïnes se connaissent depuis toujours et se fréquentent
souvent. Ca ne me dérange pas, il faut seulement que les autres scénaristes suivent ce que se fait dans la série.

Lee Garbett fournit du très bon travail sur la série. On ne se rend pas forcément compte que Stéphanie a besoin d’un supplément en éducation physique comme elle le dit et vu qu’elle est capable de fissurer un mur en y mettant un coup de
poing, autant dire qu’elle semble parfaitement en mesure de combattre le crime. mis ) art ça, on a droit au lot de cascades et d’adversaires divers et variés ce qui est aussi le cas des décors et des seconds rôles ainsi que des figurants.

Batgirl reste donc une série de qualité mêlant action, fun et développement des personnages.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :