Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Return of the Dapper Men HC

Return of the Dapper Men HC

mardi 21 décembre 2010, par Mathieu Doublet

(Archaia Studios / Jim McCann / Janet Lee)

Un jour dans le monde d’Anorev, on n’a plus entendu de tac. Et comme il n’y avait pas de tac, le tic suivant ne pouvait plus non plus apparaître. C’est comme cela qu’il ne resta du monde d’Anorev que le moment présent, plus de passé que tout le monde oublia et seulement le mythe chuchoté à l’oreille de quelque chose appelé ’le lendemain’. Le soleil reste en permanence en haut du ciel et les habitants de la ville demeure dans leur activité favorite. Les robots d’Anorev continent de travailler sans vraiment savoir pourquoi et les enfants de la ville continuent de jouer dans une ville qui leur appartient, les adultes ayant disparu. Seulement, Anorev a tout de la ville renversée puisque les robots vivent à la surface dans les maisons inoccupées tandis que les enfants s’amusent dans les sous-sols avec une montagne de mécanismes des plus improbables. Et puis finalement, tout le monde oublia pourquoi il était là. Il y avait ’maintenant’ et c’était tout. Enfin mis à part pour Ayden, un petit garçon humain et Zoe, une petite fille robot. Les deux ne trouvent réellement leur place nulle part si à la surface avec la menace de Fabre, un robot obsédé par un ange ; ni en bas, avec Harmony qui semble diriger tous les enfants de sa petite voix aigüe. Et soudain ’tac’, le premier ’tac’ depuis longtemps suivi de son ’tic’ et même d’un ’Dooonnnnggg’ assourdissant. Peu de temps après, 314 hommes en chapeau melon, tous semblables, atterrissent avec leur parapluie sur Anorev. Il est temps pour le changement.

Le label Archaia affine son catalogue, se positionnant entre autres sur un public plus jeune avec de jolis livres. On leur doit déjà Mouse Guard et ils ont aussi réussi à récupérer quelques licenses jeunesses au nez et à la barbe d’autres éditeurs. Avec Return of the Dapper Men, le public visé est le même avec peut-être un spectre plus large. En effet, le livre de Jim McCann et Janet Lee est un livre pour enfants comme Alice au Pays des Merveilles ou Pinocchio peuvent en être. Donc avec différents niveaux de lecture, où chacun du plus jeune ou plus grand enfant, y trouvera de quoi se réjouir. Et pour cela, McCann réussit très rapidement son contrat en enchantant le lecteur par la présentation du monde d’Anorev. Je ne suis pas un expert en langue anglaise mais la musique, les mots choisis, leur précision, tout fait que cela se lit agréablement et facilement et qu’on se représente très facilement le monde mis en place où le temps s’est arrêté. La suite est donc classique dans sa construction avec deux héros opposés en nature mais alliés par une différence commune (si si, c’est logique) et leur destinée. Tout est bien calibré et on suit donc les pérégrinations d’Ayden et Zoe avec un grand plaisir tandis qu’ils affrontent des "ennemis" plus pathétiques que véritablement menaçants. Jusqu’à une jolie conclusion avec son petit moment émouvant qui fait de Return of the Dapper Men, un conte initiatique et donc une parabole sur le passage à l’âge adulte.

Janet Lee est décrite comme une ’artiste de galerie’. Cette maladroite traduction mot à mot signifie en réalité qu’elle est peintre et donc maîtrise les images pleine pages. Comme le dit McCann en fin de bouquin sur un maigre et très intéressant making-of, le passage à la BD n’était pas évident. Il faut pourtant bien avouer que Return of the Dapper Men est une bande dessinée très réussie dans son fonctionnement et son découpage. Les pleines pages sont surtout présentes dans la première partie du livre où le monde est présenté. Là, c’est paf dans les yeux avec de jolies compositions, de belles couleurs, et un placement du texte judicieux. Bref, c’est beau. Par la suite, il faut se faire au look des personnages qui est tout de même assez particulier mais comme normalement, on est rentré dans le bouquin depuis déjà quelques pages, tout se fait en douceur. Le découpage des pages n’est pas sujet au gauffrier permanent et si parfois, on peut se demander pourquoi les pages sont découpées de telle ou telle manière, il y a un véritable travail sur la géométrie des pages et une ambiance des plus particulières. Les choix de cadrage sont aussi très intéressants et montre que l’artiste (peut-être en compagnie du scénariste) maîtrise son sujet.

Return of the Dapper Men ne pouvait pas tomber à meilleur moment que cette période de fin d’année. Le livre demeure une très agréable surprise et certainement l’une des choses que j’ai le plus appréciées cette année avec une ambiance de conte réellement magique et donc très réussie. Comme la finition du bouquin est superbe, je ne peux que vous conseiller de vous ruer dessus si vous avez gardé votre âme d’enfant bien au chaud quelque part. Et tenez, en relisant les premières pages, je me suis rendu compte que je n’avais pas la réponse à l’une des questions de départ, donc je suis déjà très heureux de savoir que je vais replonger dans le monde d’Anorev.

Lien vers le site de l’éditeur pour jeter un oeil sur les planches.


Pour acheter ce livre : (bon, OK, un poil cher pour à peine 150 pages)

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :