Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Para-comics / Meta-comics > Crusades T.2 : La porte d’Hermés

Crusades T.2 : La porte d’Hermés

dimanche 21 novembre 2010, par Mathieu Doublet

(Humanoïdes Associés / Izu & Alex Nikolavitch / Zhang Xiaoyu)


Guillaume de Sonnac est toujours avec sa particulière bande de Templiers (moins un, lisez le premier tome pour savoir lequel) et de son frère à la recherche d’un liquide vif-argent qui serait capable de créer une armée des plus destructrices. Ils continuent leur périple après être passés par une pièce de métal et une porte des plus étranges pour se retrouver devant le soi-disant tombeau d’Hermès. Le souci, c’est que même s’ils suivent ce que les croyances racontent, ils sont loin, bien loin, de l’endroit d’où ils sont partis. Et l’équipe va se séparer en deux groupes : Gautier et le Pugnus Templi vont devoir trouver des réponses auprès d’un vieux rabbin tandis que Guillaume de Sonnac et son chaperon Jéhu doivent retourner voir leurs chefs afin de savoir quelles décisions prendre. Et bien entendu, leurs voyages ne vont pas être de tout repos et leur destination loin d’être un lieu de repos.

Bon, en ouvrant ce second tome, j’avoue avoir été assez perdu en ayant la fin du tome 1 en tête. Si perdu que j’avais presque cru rêver cette double dernière planche qu’on ne nomme que comme ’une pièce de métal’ dans ce second tome. Exit donc la réaction des personnages face à quelque chose qu’ils ne comprennent pas. On en saura peut-être plus par la suite mais la grosse baffe du cliffhanger du premier tome n’est pas franchement reprise dans La porte d’Hermés. Dommage pour moi qui m’attendait à un truc Ellisien en diable. Mais ça n’est que partie remise. On attaque fort avec une scène d’action rondement menée et gore comme il faut tandis qu’on en apprend plus sur le grand vilain et sa motivation. Une perspective très intéressante qui sera développée au cours de la BD pour un autre personnage du côté des "bons". De quoi se rendre compte que la barre morale des deux camps est des plus floues.
La porte d’Hermés comporte bien pas mal d’anecdotes alchimiques mais elles restent tout à fait lisibles et séduisantes. J’avais même envie de me replonger dans mes vieux bouquins de jeux de rôles Nephilim, c’est dire.

Zhang Xiaoyu continue toujours les dessins de l’album et si le dynamisme est toujours très présent, j’ai trouvé que le travail était un poil en dessous de ce qu’on avait pu lire dans Le Spectre aux Yeux d’Argent. C’est loin d’être mauvais, mais on sent une urgence, un côté plus dur, plus haché, moins fin.

Cette porte d’Hermés, passé le choc de la non-révélation, est donc un second tome aussi intéressant que le premier qui développe bien l’intrigue et ne se contente pas de n’être qu’un tome de transition. Je suis donc fortement client pour lire la suite. Le seul souci, c’est qu’il va falloir attendre ...


Pour acheter ce livre :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0