Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > Uncanny X-Men : Lovelorn TPB

Uncanny X-Men : Lovelorn TPB

mardi 9 novembre 2010, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Matt Fraction / Terry Dodson)

Ce TPB contient les numéros 504 à 507 de la série régulière ainsi que l’Annual #2. Il fait suite à Uncanny X-Men : Manifest Destiny


Les X-Men sont toujours à New York et se sont bien battus contre les membres du Hellfire Club. Ils n’ont cependant pas vraiment nettoyé le réseau et chaque membre a ses petits problèmes : Hank & Warren sont partis à la recherche de savants afin de contrer les effets du M-Day ; Colossus a bien du mal à oublier Kitty Pryde et fait les malheurs d’une tatoueuse locale et Scott Summers vient de se rendre compte que son ex-femme Madelyne Pryor est bel et bien vivante. Du coup, ses relations avec Emma Frost sont des plus tendues d’autant qu’il doit bien penser à un petit quelque chose qu’il l’a fait tiquer précédemment. Comme si tout cela ne suffisait pas, Simon Trask diffuse une vidéo montrant les événements causés par la naissance d’un mutant, le massacre de Cooperstown en Alaska, pour le compte du mouvement Humanity Now. Les X-Men espéraient un nouveau départ avec San Fransisco mais peut-être pas qu’ils devraient recommencer à la case zéro.

Matt Fraction reprend la série laissée par Ed Brubaker. Les deux scénaristes se connaissent bien et bossent ensemble (Iron Fist, Daredevil ...), bref le passage de relais étrange alors que Brubaker semblait avoir commencé une nouvelle histoire peut bien se passer. Tout est relativement expliqué dans les premiers numéros mais il est quand même fait ostensiblement référence à pas mal d’éléments de la grande saga des mutants. Qu’il s’agissent d’éléments très anciens (comme Madelyne Pryor ou le Hellfire Club) ou plus récents (Manifest Destiny ou encore Messiah Complex). Autant dire que pour démarrer ce tome n’est pas le tome de préférence. Et il y a tout de même quelques trous d’intrigues qui sont le fruit d’une transition pas super souple ou bien d’une mauvaise maîtrise (le changement de caractère de Scott est quand même évident mais est traité comme un mystère alors qu’il ne faut pas être bien devin pour comprendre ce qui s’est passé).
Fraction alterne les éléments joyeux (la quête de Beast et Angel comporte tous les éléments du comic-book d’aventure assez fun) et plus graves (Colossus et son histoire) mais le fait que les histoires soient séparées donnent un goût étrange aux numéros. Autant cela rend bien l’impression de temps qui passe (nécessaire pour la quête des scientifiques) autant on se demande si ça n’aurait pas eu plus d’impact en réglant les aventures chacune dans leur propre numéro).
Pour terminer, il y a du cliffhanger sympathique mais pas forcément renversants avec un numéro Annual plus ou moins estampillé Dark Reign qui explique les relations entre Emma Frost et Namor mais qui est surtout là pour annoncer la prochaine grosse étape mutante, Nation X.

Aux dessins, on retrouve de bien belles signatures : Terry Dodson tout d’abord dont on se sert pour mettre pas mal de pin-ups (je veux bien que Scott soit un véritable obsédé refoulé mais cela se voit beaucoup que les planches sont faites pour Terry Dodson, en plein hommage à Adam Hughes et ses Women of DC Comics, en tout cas, c’est l’effet que ça m’a fait). Pour le reste, la copie est très propre même si l’on sent par moment que la deadline approche et que le dessinateur utilise toutes les ficelles pour ne pas avoir à en mettre plein les yeux à ses lecteurs. Arrive ensuite le numéro annuel qui est laissé aux bons soins de Mitch Breitweiser pour la partie "présent" et Daniel Acuna pour les flash-backs. J’ai beaucoup aimé que les artistes aient des styles diamétralement opposés. Cela a rendu la lecture d’autant plus facile et j’ai beaucoup aimé leur travail : Breitzeiser utilise un graphisme très dur et réaliste qui rend bien l’ambiance contemporaine tandis qu’Acuna avec ses planches faussement peintes ont un petit charme surrané vraiment pas déplaisant.

Globalement, je n’ai pas été entièrement emballé par ce Lovelorn qui est un bouquin très agréable à regarder mais pour lequel je n’arrive pas à me passionner. On verra bien avec Sisterhood puis avec Utopia et Nation X si les mutants m’indiffèrent comme tout le reste de l’univers Marvel ...


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr : (bon, le plus petit prix est à 3 euros, je comprends qu’on puisse être tenté)

2 Messages de forum

  • Uncanny X-Men : Lovelorn TPB 9 novembre 2010 18:42, par shell

    d’accord avec toi ... à part le dessin (i.e. utiliser abusivement terry dodson ou greg land), pas grand intérêt à lire les titres mutants ... (question à 1000,00 € : il a combien de frères / jumeaus / clones / descendants ce wolverine ???) ...

    • Uncanny X-Men : Lovelorn TPB 9 novembre 2010 18:45, par shell

      aaargh, y a moyen que je m’édite ??? j’ai laissé une énorme faute d’orthographe sur « jumeaux » dans mon post précédent !!!

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0