Onirique Comics 7.1

Accueil > Para-comics / Meta-comics > Hero Corp saison 1 (2008)

Hero Corp saison 1 (2008)

samedi 9 octobre 2010, par Mathieu Doublet

série créée par Simon Astier et Xavier Matthieu
Ecrite par Simon Astier, Xavier Matthieu, Arnaud Joyet, Sébastien Lalanne, Alban Lenoir & Aurélien Porténaut


Après une dispute qui a eu lieu il y a déjà 10 ans, John part en voyage pour rencontrer sa tante. Ou plutôt pour assister à son enterrement. Sauf que le
village dans lequel elle habite et des plus perdus et que John pourra attendre une bonne journée avant d’y arriver. Et là, les choses sont des plus particulières : on le regarde franchement de travers, à la limite de l’hostilité mais on l’empêche aussi carrément de s’en aller. Il faut dire que John
ignore complètement que le village dans lequel il est arrivé est celui de super-héros. Des super-héros au rabais ou bien trop fatigués, trop vieux pour faire l’affaire et encore appartenir aux rangs de la compagnie Hero Corp. Et si John est là, c’est qu’il est censé sauver le village de Ze Lord, un super super super vilain. Quand John va se rendre compte de la réalité des choses (comme du fait que sa tante ne soit pas tout à fait morte), les affaires vont
prendre une tournure vraiment particulière. Et il lui faudra composer aussi avec sa copine Jennifer, une civile comme l’appellent les super-héros, qui doit
tout ignorer de ce qui se trame au village, identité secrète oblige.

La première saison d’Hero Corp est composée de 15 épisodes d’une trentaine de minutes. Le temps pour installer une intrigue et aligner les gags. Grosso mogo, c’est le concept de la série inventée par Simon Astier, le frangin d’Alexandre Astier à qui l’on doit la série à succès Kaamelott. Alors ça doit bien gonfler Simon qu’on cite tout le temps Kaamelott comme repère sauf que, passé le côté "frangin qui a réussi", j’ai trouvé qu’il y avait entre les deux séries des points communs surtout au niveau des dialogues. La musique de ceux-ci est vraiment très ressemblante à celle de la saga arthurienne, les personnages mêmes ont aussi des ressemblances. C’est moins le cas pour les personnages principaux mais l’assistant de Ze Lord n’est pas sans rappeler le frère de Karadoc (son gimmick changera dès sa deuxième apparition pour s’en éloigner) et Laurence Super Invisible (avec la voix de l’excellent Didier Bénureau) est assez proche de la Dame du Lac. Il y a donc une certaine parenté entre les deux séries et si on est prêt à ne pas crier au plagiat, les amateurs de Kaamelott pourront passer un bon moment avec Hero Corp.

A la condition cependant de s’accrocher un peu. Parce qu’à vrai dire, les quatre premiers épisodes sont difficiles à avaler. On ne rentre pas vraiment dans le concept de super-héros et à partir du moment où on connaît ce concept, afficher le village comme une bande de tarés (aux yeux de John, ce sont véritablement des fous dangereux) pendant aussi longtemps devient assez lourd. Heureusement, on rentre dans l’action après le cinquième ou sixième épisode et chaque personnage révèle quelques qualités ou quelques fourberies. Car ce village accueille en réalité des super-héros dont on peut se demander s’ils ont un quelconque pouvoir. Pour certains, c’est l’âge qui a eu raison d’eux et on peut penser qu’ils ont eu par le passé leur heure de gloire (même s’ils sont à présent souvent à côté de la plaque), pour d’autres, ça n’est pas compliqué, ils sont tout simplement cons. Alors forcément, avec des bras cassés pareils (à vrai dire, la compagnie Hero Corp a aussi son lot de boulets comme on pourra le voir dans les épisodes suivants), cela donne l’occasion de faire quelques gags qui ne sont pas alignés à tout allure mais qui font souvent mouche.

On m’avait conseillé de ne pas abandonner la série et ayant acheté le coffret DVD de la première saison, je l’aurais de toute façon regardée en entier. Et effectivement, les épisodes se bonifient avec la progression de la série qui avec ses héros aux noms françisés (Dan se prononce "dent", Mike se prononce "Mique", ...) vous fera passer de bons moments. Quant à moi, je ne vais pas tarder à me procurer les disques de la saison 2.


Pour acheter cette série :