Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Vertigo > Fables / Jack of Fables > Fables TPB 7 : Arabian Nights (and Days)

Fables TPB 7 : Arabian Nights (and Days)

dimanche 3 octobre 2010, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Bill Willingham / Mark Buckingham & Jim Fern)

Ce livre contient les épisodes 42 à 47 de la série régulière.

Quand une grande limousine blanche s’arrête devant la résidence du maire de Fableville, cela signifie qu’une personne importante est dans le coin. Mais les dirigeants sont tellement déboussolés par les événements récents et le retour de Blue Boy qu’ils ne s’en aperçoivent même pas. C’est Flycatcher qui se décidera à aller voir ce qu’il se passe, s’il ne s’agit pas de "mondains" s’étant trompé de chemin, et cela n’ira pas vraiment dans le sens du poil des occupants de la voiture. Il s’agit en fait de Sinbad, de son conseiller ainsi que ses esclaves. Celui-ci vient passer un accord d’alliance avec Fableville après l’intervention de Mogwli alors que les Fables d’Arabie commencent à se réfugier dans la ville de Bagdad, version réelle. Alors que le Prince Charmant se demande s’il a finalement bien fait de se présenter aux élections (les fausses promesses finissent toujours par ressurgir), on ne peut pas dire que les choses se présentent sous les meilleurs auspices. D’autant que Sinbad et les siens ne causent pas un mot d’anglais. Il faut donc appeler un conseiller technique, qui est ces derniers temps plutôt plongé dans l’alcool. Une mission diplomatique confiée à un alcolo ? Les choses ne pourraient pas aller plus mal. A moins que le Prince Charmant ne tente son charme sur la Belle ...

Avec ce tome, Bill Willingham ralentit la mesure. On a ici droit à une intrigue relativement basique (on se doute bien que le vizir conseiller de Sinbad est un vilain, vu le visage qu’il se paie) qui permet surtout de placer des pièces pour les intrigues futures (ce qui est surtout le cas de l’histoire en deux parties ’The Ballad of Rodney & June’) et qui montre comment les choses se passent à la fois à la Ferme et dans la mission de Mogwli. De quoi amener des événements de façon plus fluide par la suite.

Mark Buckigham s’occupe du gros de l’affaire (les numéros 42 à 45) et nous gratifie une fois de plus de superbes planches. Alors certes, on pourra regretter que ses personnages féminins ont souvent le même visage, mais la ville de Bagdad version Fables est tout bonnement superbe et l’on comprend de suite qu’elle fait encore partie des paysages magiques sur lesquels l’Adversaire tente de faire main basse.
Jim Fern s’occupe du récit final et le choc entre les styles est plutôt rude. Reste à savoir si l’encrage de Jimmy Palmtiotti sur ses dessins est une bonne idée ou pas. Idem pour les couleurs super ultra flashys de Daniel Vozzo. Toujours est-il que les planches sont détaillées et que les soldats de bois à la solde de l’Empereur sont bien rendus que ce soit dans leurs gestes et leurs sentiments aussi inexistants soient-ils.

Arabian Nights (and Days) est donc une lecture utile pour la suite des événements mais reste en deça du reste de la série et de sa constante progression jusqu’à la révélation de l’Adversaire. Le livre n’en reste pas moins une lecture de grande qualité.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF : (dans ce tome, vous ne trouverez pas les deux épisodes dessinés par Jim Fern mais ceux à propos de Jack à Hollywood contenus dans le sixième TPB en VO)