Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Image Comics > The Walking Dead HC #2

The Walking Dead HC #2

jeudi 9 septembre 2010, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Robert Kirkman / Charlie Adlard)

Ce tome reprend les numéros 13 à 24 de la série régulière.


Les survivants viennent de trouver un refuge. C’est tout du moins ce qu’ils pensent quand ils voient une gigantesque prison. Après tout, le calcul est simple : l’endroit est fermé et protégé par trois barrières de grillage, de taille idéale, suffisamment spatieuse pour que tout le monde ait de la place mais pas aussi gigantesque qu’elle ne peut être nettoyée de ses habitants actuels (tous morts-vivants bien entendu). La maison, comme l’appelle Rick Grimes, à la fin du premier hardcover. Il faut donc passer par la case "nettoyage, massacre et crémation" ce qu’ils ne rechignent pas de faire. La vision d’un stock de nourriture suffisant pour tous alors qu’ils jeûnent depuis déjà de nombreux jours est suffisante pour que tous semblent enfin avoir trouvé ce qu’ils cherchent. Et puis en arrivant dans la cafeteria, ils découvrent quatre autres survivants prisonniers. Ces derniers énoncent leur voie de fait, possession et vente de stupéfiants, magouille comptable, attaque à main armée et meurtre ... mais meurtre passionnel, pas vraiment le genre serial killer. Faut-il leur faire confiance ? La tension monte d’un cran auprès des survivants qui vont certainement regretter leur choix à un moment ou à un autre, quel qu’il soit.

"Pan dans ta face". Ce second tome de Walking Dead est la pierre centrale de l’édifice et la marque de fabrique de la série. Tout ce qu’il y avait dans le premier tome est là : tension entre personnages, attaques de zombies et survie. Peu de place pour l’espoir et quand il arrive, il est de courte durée. Les moments chocs sont très présents et s’expliquent en partie par le fait que les personnages sont complètement crevés et à cran. Certaines relations se nouent, d’autres se dénouent, des secrets s’installent et permettent de redistribuer certaines cartes au sein de l’équipe des survivants. De nouveaux personnages apparaîtront et d’autres, inévitablement, disparaîtront. De quoi donner encore plus de culpabilité à certains et certaines ...

Je n’ai pas grand chose à dire sur le travail de Charlie Adlard, on reconnaît bien les personnages, le dessinateur dessine tout et n’importe quoi (même si l’action se déroule dans une prison, la ferme d’Hershell n’est pas loin, ce qui amène des animaux dans les cases) et les cadrages sont variés et sobres, toujours très efficaces.

Jusqu’à l’avant-dernière case qui est, à mon humble avis, le principe entier de la série et qui est résumé en une phrase choc en disant long sur le titre et le fond de l’affaire. De quoi achever la lecture d’un bouquin très puissant. Et c’est ma troisième, voire quatrième relecture, qui me fait dire ça. Autant dire que ça reste très efficace.


Pour acheter ce livre :

En VO : (version couverture dure puis souple, et pour finir le compendium qui contient les 4 premiers HC)

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF (chez Delcourt) :

2 Messages de forum

  • The Walking Dead HC #2 25 septembre 2010 11:47, par shell

    Nouveau mot : « cupbalité » ?

    Quelle saleté ces zombies ! A quand un bon gros fight zombies vs. vampires vs. werewolves (façon Dog Soldiers) vs. Hewitt family vs. Resident Evil ? En plus, les formats TPBs, HCs et Omnibus se reproduisent encore plus vite que cette engeance ! Il serait grand temps d’élaborer des nécrophages géants et voraces. Brr, quand j’étais petit, j’avais peur rien qu’à penser à Squirm / La Nuit des Vers Géants (film dont je ne connais qu’une scène où un bonhomme tombe à l’eau et resurgit avec plein de vers pénétrant sous sa peau).

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0