Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Jonah Hex > Jonah Hex Vol. 9 : Counting Corpses (#50-54 et #43)

Jonah Hex Vol. 9 : Counting Corpses (#50-54 et #43)

lundi 27 septembre 2010, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Justin Gray & Jimmy Palmiotti / Paul Gulacy, Darwin Cooke, Dick Giordano, Billy Tucci & Jordi Bernet)

Ce livre reprend les épisodes 43, et 50 à 54 de la série régulière.

Concernant le numéro 43, j’en parlais un poil dans la chro de Lead Poisoning.


Jonah Hex et Tallulah Black font parfois affaire ensemble et réussissent plutôt bien leur coup quand ils bossent en équipe.
Alors forcément, les liens se tissent et les corps se rapprochent. Sauf qu’un matin, Jonah se réveille seul, son équipière
ayant mis les voiles. Il ne peut même pas la pister qu’on lui offre une belle affaire : il faut éliminer des hommes et même
un sacré paquet. Heureusement pour le chasseur de primes, le temps est illimité. Il prendra le temps qu’il lui faudra, plus
il éliminera d’hommes, plus il touchera de sous. Ce genre d’affaires est tout à fait ce que Jonah cherche et il ne se doute
pas une seconde que Tallulah décide de se ranger et de mener une petite vie paisible. Mais pour la miss Black, une vie paisible
est hors de question, le destin lui montrera bien cela.

Gray et Palmiotti vont y aller fort après un Six Gun War assez étalé. Le numéro 43 tout d’abord, superbement dessiné par
Paul Gulacy, dont les trois quarts des pages se dérouleront sans aucune parole. Alors qu’il s’agit d’action, c’est rondement mené
d’autant que le découpage est serré, qu’il se passe plein de choses sur les pages et que ça ne rigole vraiment pas (avec une violence
explicitement dépeinte, coeurs sensibles s’abstenir).
Et puis avec le numéro "anniversaire", le #50, c’est plus sur les sentiments et sur le couple maudit Jonah Hex / Tallulah Black qu’ils
vont revenir. A la place de leurs héros, ça fait bien longtemps que je serais venu leur régler leur compte et ce numéro va être encore
plus pénible que tout ce que le couple a déjà enduré. C’est donc dans la confrontation d’épreuves et dans la vengeance que les personnages
vont se vautrer.
A ces deux seuls numéros, le titre du TPB "Counting Corpses" mérite bien son nom. Mais Hex devra encore se taper deux sales bandes de traîtres,
une belle bande de tueurs et un allié comme on aimerait en avoir moins souvent. Alors oui, il y a redite entre les numéros 51 et 53 dont les
fins sont relativement semblables mais que dire d’une série avec des gachettes précises, des femmes voluptueuses, des sheriffs pourris ?

Ben que c’est une bien bonne série, d’autant que, a contrario de leurs séries en creator owned, Gray et Palmiotti sont toujours entourés de
très bons dessinateurs sur Jonah Hex. On ne présentera plus les dessinateurs de ce livre car ils ont quasiment tous déjà participé aux aventures
du cow-boy défiguré. L’ibérique Jordi Bernet rend un numéro parfait comme à son habitude, Darwin Cooke illustre parfaitement les affres de douleur
de Hex et Black, Gulacy comme je l’ai dit plus haut est magistral dans ses scènes d’action. Quant à Dick Giordano et Billy Tucci, ils apportent
chacun à leur façon plus de réalisme à l’histoire qui leur est confiée.

C’est donc reparti pour des récits courts et c’est une bien bonne chose. Avec quelques numéros d’anthologie, ce tome des aventures de Jonah Hex,
malgré une légère redite, est l’un des meilleurs parus à ce jour.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Sur Amazon.com :