Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > Marvel Zombies

Marvel Zombies

dimanche 4 février 2007, par Mathieu Doublet

(Marvel / Robert Kirkman / Sean Phillips)

Dans l’univers Ultimate, le jeune Reed Richards fait une gaffe et se retrouve dans un univers parallèle où une espèce de virus a transformé à peu près tout le monde en zombie (cf Ultimate Fantastic Four #30-32). Le seul survivant dans cette affaire est Magneto tandis que l’Ultimate Reed Richards referme l’univers et ne répend pas la menace un peu partout.

C’est là que nous en sommes au début de cette mini-série qui se présente comme un énorme délire de récit parallèle, loin de l’univers classique Marvel, même si, avouons-le, l’univers de Marvel Zombies en est vraiment très proche.
Les années ont passé et les humains sans pouvoirs ont commencé à se faire dévorer par toute une bande de super-héros zombifiés à la tête desquels on retrouve le trio gagnant des Vengeurs (Colonel America, Iron Man et Thor) mais aussi de lourdes brutes comme Hulk ou Wolverine. Et avec de telles pointures, il arrive bien un moment où les zombies gagnent et où il ne reste plus rien à manger.
D’où un énorme problème que les super-zombies ont du mal à surmonter d’autant que leur intelligence n’est pas affectée par la faim si celle-ci est sustentée. Il leur faut donc trouver une solution et pour le moment, c’est le seul survivant des humains qu’ils rencontrent. C’est donc l’heure du déjeuner.

Robert Kirkman s’est fait remarquer assez rapidement grâce à une très bonne série de zombies qui a relancé les récits horrifiques de mort-vivants un peu partout chez les éditeurs indépendants. Cette série s’appelle The Walking Dead, sort chez Image et vit sa petite vie bien tranquille. Autant dire que Kirkman adore les zombies et Marvel ne pouvait rêver de meilleur ambassadeur pour un titre de genre (en compagnie de ses Marvel Monsters et avant ses Marvel Westerns). Cela va aussi être le moyen pour Kirkman de faire ce que tout scénariste rêve de faire avec ses jouets : c’est-à-dire carrément n’importe quoi.

Zombies obligent, ça va charcuter sévère et Sean Phillips va se donner à coeur joie de dessiner des belles planches bien gores et aussi très noires (comme à son habitude, les lecteurs de Sleeper ne seront pas dépaysés). Ca charcle, ça ne saigne pas vraiment, c’est plutôt grisâtre et ce qui vole le plus se trouve être de la chair bien faisandée, à la limite de la pourriture.

En tant que lecteur, il est très agréable de voir de temps en temps ses héros désanctifiés et c’est certainement l’avantage majeur de cette mini-série avec son énormité et son humour. Ainsi n’allez pas chercher de scénario bien complexe, les quelques pistes fines sont rapidement raccourcies même si elles le sont de manière fort logique. Du coup, Marvel Zombies ne s’adresse pas à tous les lecteurs. Ceux qui ont les poches suffisamment bien garnies pourront s’offrir ce récit mais pour le commun des mortels, autant dire que passer à côté ne sera pas bien grave.

(Aux lecteurs qui seraient tentés par l’achat en hardcover oversized - grand format cartonné -, qu’ils sachent en connaissance de cause qu’ils n’en auront peut-être pas pour leur argent, les planches de Phillips ne méritant peut-être pas ce traitement de faveur. Restent les couvertures parodiques d’Arthur Suydam qui sont vraiment superbes.)


Pour acheter ce livre :

En VO :

En hardcover :

En softcover :

En VF :

Messages