Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Dark Horse > The Facts in the Case of the Departure of Miss Finch

The Facts in the Case of the Departure of Miss Finch

mardi 21 septembre 2010, par Mathieu Doublet

(Dark Horse / Neil Gaiman / Michael Zulli)


Trois amis étant tous de près ou de loin liés à l’imagination plaquée sur des mots ou des images discutent ensemble. Il n’y a pas si longtemps, ils étaient quatre. La quatrième personne, l’étrange Miss Finch (ça n’est pas vraiment son nom), biogéologiste (elle insiste lourdement sur le "géo"), était bien avec eux quand ils sont entrés dans le cirque étrange comme on en voit parfois à Londres : maquillages outranciers, performances dont les trucages sont bien visibles, bref, du grand guignol, du burlesque, du grossier. Et pourtant, il faut bien se rendre à l’évidence, elle n’est plus avec eux.

En réalité, le paragraphe correspond à la fin de l’histoire qui débute le bouquin. Comme l’indique le titre, il s’agit simplement d’énoncer les faits qui ont conduit à la disparition de Miss Finch, ni plus ni moins. Neil Gaiman s’applique donc à remplir le contrat qu’exige un tel titre. Le début de l’histoire, se voulant être un récit plus ou moins horrifique, démarre par le quotidien des personnages. Est-ce pour contraster avec l’étrangeté du cirque ? Pour faire comme si il s’agissait d’une histoire vraie (on peut tout à fait imaginer que Gaiman soit le narrateur) ? Toujours est-il que ce début est assez bavard. On en apprend un peu sur les personnages et sur la Miss Finch dont l’arrogance fait qu’on aimerait finalement bien qu’elle disparaisse (un peu comme les autres personnages finalement).

L’auteur passe ensuite au cirque en lui-même qui est beaucoup plus visuel et donne l’occasion à Michael Zulli d’exprimer des idées assez farfelues avec des numéros étrangement malsains mais aussi très surréalistes, faits de carton-pâte, inoffensifs. Jusqu’à un final bien entendu des plus ambigus sur la nature du cirque. S’il y a une certaine poésie dans le texte, elle est magnifiée par les illustrations du dessinateur. Les couleurs sont superbes et se marient assez bien avec le trait beaucoup plus fouilli, limite maladroit (mais faussement maladroit).

The Facts in the Case of the Departure of Miss Finch est l’un des nombreux récits où ont collaboré Neil Gaiman et Michael Zulli. Il est relativement court pour son prix et sera destiné aux fans des auteurs. Personnellement, je le place au dessus de Alice Cooper’s Last Temptation (dont je n’ai pas un grand souvenir et dont le monsieur loyal est sensiblement le même) mais en dessous de Creatures of the Night (qui est tout comme Miss Finch, une adaptation illustrée d’une nouvelle de Miroirs et Fumée). Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’un très joli livre, mais pas destiné à n’importe qui.


Pour acheter ce livre : (à nettement moins cher sur le Marketplace ce qui peut être plus avantageux)

En VO :

Sur Amazon.fr :

Sur Amazon.com :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0