Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Green Lantern > Blackest Night : Green Lantern Corps HC

Blackest Night : Green Lantern Corps HC

vendredi 17 septembre 2010, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Peter Tomasi / Patrick Gleason)

Ce livre reprend les épisodes 39 à 47 de la série régulière.

Guy Gardner et Kyle Rayner sont en train de parler de leurs amours respectives qui battent un peu de l’aile, essentiellement dû à leur engagement en tant
que Green Lanterns. Ils rejoignent durant leur vol deux de leurs camarades d’anneau, Iolande et Natu (qui est plus qu’une camarade pour Rayner précisons-le,
même si cela est contre la 3ème loi du livre d’Oa) et rencontrent quelque chose de complètement inattendu : un essaim d’anneaux noirs. Ils n’arrivent pas à arrêter
ce phénomène inexpliqué mais le retrouve très rapidement en direction d’Oa et plus précisément vers la salle mortuaire où tous les cadavres des soldats de la volonté
sont gardés par un Morro qui va très vite se retrouver en face d’une belle armée de zombies. Chaque membre du Corps va bien entendu être face à face avec un ancien
co-équipier ou pire et devra être très fort pour ne pas succomber à la force noire.
Pendant ce temps, Mongul tente d’asseoir sa position au sein du Corps jaune à Korugar directement et Kryp, ancienne membre des Sinestro Corps emprisonnée par les Star
Sapphire, réussit à s’échapper, s’inquiétant pour "ses enfants". Alors qu’elle est rattrappée par une soldate de l’amour, elle réussit à la convaincre de d’abord s’assurer
de la bonne santé des enfants pour revenir sur la planète violette.

Il n’y a pas à chipoter, si l’effet est moindre, la série Green Lantern Corps se lit bien en alternance avec Green Lantern et bien entendu la mini-série Blackest Night.
L’effet est moindre car la majorité des actions ne se passent pas sur Terre mais comme il est tout de même question d’Oa et de l’attaque des Black Lanterns sur la planète des gardiens,
GLC est fort rapprochée des deux autres titres. Amis, armez vous de mémoire pour vous souvenir Blackest Night pour ne pas être complètement perdu.
Peter Tomasi continue donc d’écrire la série et conclut son run avec le cross-over Blackest Night. Il ne faut bien entendu pas s’attendre à un changement de direction et on aura droit
à la fois à la partie sombre de l’aventure et aux cas de conscience des personnages mais aussi à quelques moments fort savoureux pour qui adore voir ses personnages préférés péter les plombs
dans les grandes largeurs ou bien se faire trancher les jambes. Même si tout cela est fait pour amener par la suite de grands moments d’héroïsme ou de fraternité, j’ai trouvé cette surenchère dans
la violence un peu pénible.

Patrick Gleason réalise lui aussi la fin de son run et un run de taille puisqu’il est à bord du Corps depuis le numéro 1. Il se trouve accompagné de trois vore quatre encreurs pour chaque numéro et
passé cette différence qui donne à ses planches des allures pas toujours super homogènes, j’ai trouvé que le dessinateur n’était pas à fond dans son travail. Est-ce que le nombre impressionnant de
personnages dans des poses héroïques et la nécessité de beaucoup de détails ont eu raison de l’artiste ? Très bonne question mais le fait que Gleason soit aussi l’un des dessinateurs de la série Brightest Day
a peut-être aussi eu raison de la qualité des planches de GLC même si celles-ci ne sont pas bâclées non plus.

Globalement, j’ai été assez peu convaincu par toute cette histoire et savoir que le Brightest Day n’apporte pas forcément le grand moment de fraîcheur après un passage aussi sombre me laisse perplexe pour la suite.
Suite qui sera d’autant plus confiée à Tony Bedard qui a déjà massacré Gotham City Sirens en la rendant plus obscure. Il sera peut-être plus à sa place sur Green Lantern Corps.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :