Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Green Lantern > Blackest Night : Green Lantern HC

Blackest Night : Green Lantern HC

samedi 11 septembre 2010, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Geoff Johns / Doug Mahnke)

Ce livre reprend les numéros 43 à 52 de la série régulière.

Il s’appellle William Hand et ne s’est jamais vraiment senti à l’aise au sein de sa famille. Il faut dire que vivre dans les
pompes funèbres, ça n’est pas ce qu’il y a de plus réjouissant et pourtant, c’est peut-être ce que William a préféré pendant
sa jeunesse : suivre son père et apprendre le métier. Et puis étant jeune adulte, William assiste à l’arrestation d’Atrocitus
par Sinestro et Hal Jordan. Il récupère l’artefact de l’extra-terrestre et commence à entendre une voix qui lui dit quoi faire.
C’est cette voix qui va lui faire coudre un costume et tuer toute sa famille et finir par lui-même. Manipulé, après l’arrivée du
gardien défiguré d’Oa, William Hand va devenir Black Hand. La nuit la plus noire peut commencer.

Hé, tu nous prends pour quoi, tout ça on le sait déjà, on a lu Blackest Night ! Ben oui et non, parce que si Black Hand est déjà
en place lors du HC reprenant l’événement, c’est bien dans la série Green Lantern que son origine est écrite. Ta-daa ! Bien joué, DC !
Alors que les séries Green Lantern et Green Lantern Corps sont intimement liées avec Blackest Night, DC ne juge pas bon de réitérer la bonne
idée qu’elle avait eu avec Sinestro Corps, c’est à dire de le traiter comme un véritable crossover, ne serait-ce que sur deux séries
et une mini-série. Du coup, lire ce livre, c’est combler une partie des trous d’intrigue du bouquin principal.
Pour le reste, aucune surprise, Geoff Johns livre exactement le même genre d’histoire, les surprises en moins.

La bonne surprise vient de Doug Mahnke qui devient dessinateur attitré de la série. En essayant de ne pas retomber dans des tics de dessinateurs
(qu’on a pu observer sur beaucoup de séries Wildstorm), Mahnke livre des planches fines et détaillées avec une multitude de personnages tous
superbement dessinés et bien mis en place malgré leur nombre.

Complément indispensable de Blackest Night, ce livre est du même calibre : la conclusion un poil pétard mouillé de tout un pan de la série Green Lantern
avec bien entendu beaucoup d’action et de scènes de bravoure, le vague recentrage sur John Stewart n’étant pas ce qu’il y a de plus prenant dans la série.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :