Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Vertigo > Sweet Tooth #1-5 : Out of the deep woods

Sweet Tooth #1-5 : Out of the deep woods

mardi 10 août 2010, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Jeff Lemire)


Cela fait sept ans qu’une maladie étrange s’est répandue sur Terre, éliminant tous les êtres humains les uns après les autres. Si certains sont partis très rapidement, d’autres résistent encore face au fléau sans, semble-t-il, prendre plus de précautions que cela. Et puis, au travers de ses sept années, il y a aussi eu des naissances. La chose inhabituelle dans tout cela, c’est que les enfants sont à moitié animaux. C’est le cas de Gus, enfant cerf, qui vit isolé dans une petite cabane au plus profond de la forêt avec son père. Celui-ci lui a appris à survivre, à faire pousser de la nourriture et savoir comment se soigner. Mais le plus important, ce sont ces cinq règles que Gus a écrit et écrit pour qu’il ne les oublie jamais, tout comme son nom. Parmi celle-ci, il y a la première : Ne jamais, au grand jamais, sortir des bois. Mais quand des chasseurs s’approchent de sa maison de manière inquiétante, il n’y a plus grand chose à faire. Heureusement qu’il y a un homme terrifiant qu’il voit en rêve et qui pourrait très bien être un protecteur tout comme l’était son père, en beaucoup plus violent quand même ...

"Nouvelle" (oui parce qu’elle a, au moment où sont écrites ces lignes, un an) série chez Vertigo, Sweet Tooth reprend l’un des concepts d’une autre série à succès, Y The Last Man, en réduisant de façon drastique les humains encore en vie sur Terre. Autant dire que l’ambiance du titre de Jeff Lemire est loin d’être à la rigolade. Ajoutez à cela un couple improbable entre cet enfant-cerf complètement innocent (il a vécu seul avec son père qui était un religieux fervent et visiblement un homme bon) et un homme redoutable qui n’hésite pas à tuer pour sa propre survie mais aussi celles des autres. Un couple si différent qu’il va bien entendu entraîner un bon nombre de tragédies. Lemire réussit pourtant à tisser un certain lien entre les deux personnages, lien qui je l’espère sera dévéloppé dans les numéros suivants.

Là où c’est déjà plus difficile, c’est au niveau des dessins. Lemire vient de la bande dessinée indépendante et a son propre style (voir Essex County récemment sorti en VF chez Gallisol). Les prix qu’il a reçus lui ouvrent les portes de chez Vertigo chez qui il sort The Nobody (Monsieur Personne en VF chez Panini). Personnellement, je trouve que les personnages de Lemire sont laids. Ils ne sont pas mal dessinés, c’est juste qu’ils ne sont pas beaux. Alors vu le contexte du récit, il y a fort à parier que la beauté se retrouve cachée derrière une épaisse couche de crasse, mais je demande si l’artiste est capable de dessiner de beaux personnages physiquement parlant. Il y a par contre un savoir-faire évident chez Lemire qui marie bien le texte et les images en y incluant des détails qui enlèvent des éventuels doute auprès du lecteur et une mise en page très efficace avec une belle utilisation des ombres.

Sweet Tooth est une lecture assez aisée de part le faible nombre de paroles et la part belle donnée aux images. Alors cela étire bien entendu sur cinq numéros une histoire qui pourrait tenir sur trois mais cela n’est pas dérangeant en TPB. Reste la partie graphique qui, je pense, demande un petit effort mais qui n’est pas insurmontable l’histoire étant captivante. A déconseiller aux personnes qui n’ont pas le moral cependant.


Pour lire le premier numéro, c’est sur le site de DC / Vertigo (cliquer sur Download issue #1 sous la couverture)

Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Sur Amazon.com :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0