Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > X-Women

X-Women

mardi 27 juillet 2010, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Chris Claremont / Milo Manara)

Une invitation en Grèce, l’arrivée très étrange d’un héritage pour Rogue, la promesse d’une semaine de vacances "entre filles" ?
Si les X-Women que sont Storm, Marvel Girl, Psylocke, Rogue et Shadowcat se jetteraient sur n’importe quelle occasion de faire la
fête, on ne peut pas dire qu’elles savent renifler un piège. Si bizarrement, toute cette histoire d’héritage n’est pas cousue de fil
blanc, il n’en reste pas moins que Rachel Summers est la première à se faire prendre par un beau jeune homme avec qui elle batifolait.
Ses collègues n’auront pas vraiment le temps de réagir que Rachel aura déjà disparu. Il va donc falloir partir à sa recherche ce qui
va provoquer moults aventures et à un moment, la perte même de leurs pouvoirs. Alors les filles pourront-elles se débrouiller sans
leur "petit truc en plus" ? Là est toute la question.

Ce X-Woman, c’est tout de même un comic-book bien à part, bien plus séduisant que tous les projets ’Atlantique’ qui ont eu lieu et qui
ont marié les héros de chez Marvel aux artistes européens (Wolverine Saudade ou le Spider-Man dont je ne me rappelle plus le nom). Tellement
à part qu’il s’agit d’un premier fascicule Marvel que je précommande depuis quelques années, même. Et au final, je ne suis absolument pas
déçu par mon achat. Chris Claremont tisse ici en dehors de toute continuité un récit d’aventures où le principal est de faire courir ses
héroïnes par monts et par vaux. Il se soucie assez peu des autres mutants (on en voit une autre en cours de route et on s’étonne quand même
qu’il n’y ait pas plus de héros dans la zone) et à la rigueur, on s’en fiche un peu car tout cela pourrait presque être une aventure avec
des personnages ayant plus de facultés de combat naturelles que réellement de pouvoirs extraordinaires. Et ça fonctionne assez bien : à l’instar
d’un film à la Indiana Jones, on suit avec plaisir les pérégrinations des héroïnes.

Et bien sûr, la présence de Milo Manara est forcément quelque chose d’exceptionnel et de titillant dans l’esprit du lecteur de BD. Pourtant ce
one-shot n’est absolument pas référencé dans la ligne MAX. On est donc loin des productions personnelles du dessinateur iatlien et vous ne verrez
donc pas votre héroïnes nues ou à s’affairer dans des parties de jambes en l’air. Pourtant, tout au long du comic-book, il y aura quelques cases
qui en disent long et au potentiel érotogène (la danse de Kitty, les costumes des héroïnes, le style dominateur de différents personnages, ...).
C’est à la fois très étonnant que des personnages Marvel ait droit à ce traitement (on va avoir droit à coup sûr à des commentaires mécontents de
féministes) et à la fois très frustrant que Manara ne soit pas allé jusqu’au bout dans son délire (quitte à se faire réprimander autant que ce soit
pour quelque chose d’assumé et non pas de simplement suggéré - quoique, c’est souvent ce qui est le plus efficace). Passées les considérations sur
les habtiudes érotiques des bandes de Manara, c’est du grand art. Les cases sont superbes tout simplement et si Joe Quesada dit qu’il est jaloux du
talent de l’italien en postface, il a bien raison de l’être et devrait certainement en prendre de la graine. Il y a chez Manara un sens du détail qui
est un régal pour les yeux du lecteur.

X-Women est donc un comic-book qui ne cache pas ses ambitions, qui propose un récit d’aventure bien fun avec des héroïnes très agréables à l’oeil. Il
serait intéressant qu’il fonctionne très bien et que cela donne à Marvel l’idée de le proposer en noir & blanc afin de profiter du trait de Manara. Comme
il paraît que cette bande dessinée est d’abord parue sous cette forme en Italie, Marvel pourrait profiter de cela pour nous proposer un album format Deluxe
avec toutes les versions et plein de bonus director’s cut. En tout cas, je serais partant.

Messages