Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Chimichanga #1-3

Chimichanga #1-3

mercredi 21 juillet 2010, par Mathieu Doublet

(Albatross Exploding Funny Books / Eric Powell)

Lula est une petite fille particulière : c’est une future femme à barbe à la pilosité déjà bien développée (et bien taillée) pour une personne de son jeune âge. Il n’est donc pas surprenant qu’elle vive au sein du cirque ambulant de Wrinkles, une espèce de cirque qui prétend accueillir les monstres de foire mais qui loupe quand même son coup. Jugez plutôt des membres de ce cirque : Sasha, la fille qui peut faire du patin à roulettes doucement ; Headbutt Henry, le type qui a mis un coup de boule à un train ... une fois ; Gene, le clown indifférent ; Esmeralda et son incroyable chèvre à deux yeux ; Horace, l’homme qui a vu Elvis une fois ; l’incroyable Randy, l’homme à la force d’un homme légèrement plus fort ; Bewildering Barry, l’homme qui peut faire la figure de yoyo "promener le chien". Finalement, le plus extraordinaire des membres de la troupe (avec Lula), c’est Heratio, le poisson à visage de garçon.

Bref, c’est en allant acheter un Chimichanga (une tortilla enroulée et frite) que Lula rencontre une sorcière qui lui demande des poils de sa barbe. Lula accepte en échange d’un petit chariot et d’un gros caillou dont la sorcière se demande même comment il est arrivé là. Et voilà la petite fille en route
vers le cirque, jusqu’au moment où elle se rend compte que le caillou (qui était en réalité un oeuf) est à présent remplacé à un monstre gigantesque. De quoi renflouer les caisses du cirque à condition que Lula réussisse à apprivoiser son animal et que les autres membres l’acceptent. Et c’est sans compter sur la sorcière qui compte bien dominer le monde grâce aux poils de barbe de Lula, pile poil l’ingrédient qu’il lui manquait.

Après The Goon et ses 33 numéros mensuels (ainsi que le graphic novel Chinatown), Eric Powell change de personnages (même si l’univers rappelle forcément un peu Billy the Kid’s Old Timey Oddities) et écrit et dessine une petite histoire très courte (3 numéros) directement publiée dans sa propre maison d’édition, Albatross Exploding. L’association petite fille / monstre est une combinaison
qui fonctionne très bien et dans le cas qui nous intéresse, n’est pas sans rappeler une version pervertie de Mon voisin Totoro : Lula est une petite fille qui a forcément un caractère bien trempé, qui ressemblerait presque à un Frankie dont le langage est heureusement très châtié. Chimichanga, la créature, est nettement moins esthétiquement sympathique que l’esprit poilu des forêts, mais gagne en bonhomie avec un design où il paraît complètement stupide et dont le jeune âge lui fait faire pas mal de bêtises.
Eric Powell ajoutera à cette histoire d’amitié (et de jalousie avec les autres membres du cirque) une petite pique contre les entreprises pharmaceutiques qui sont logiquement moins intéressées de faire des médicaments efficaces que des médicaments qu’ils peuvent vendre perpétuellement.

Powell se charge aussi des dessins et auto-publication oblige se limite à des dessins en noir et blanc. ce qui ne retire rien au talent de l’artiste qui dessine toujours autant de trognes incroyables et de personnages pitoyables ou tout mimis tout plein. Le dessinateur sait déformer tout ce qu’il réalise et cela permet des gags très efficaces (pauvre éléphant !).

Chimichanga est donc un petit récit bien ficelé, mignon, drôle avec une pointe d’acidité qui m’a frustré parce que j’aimerais lire plus d’aventures avec ces personnages. Cela pourra toujours se faire, la fin étant ouverte et l’univers propre à créer des aventures rocambolesques.

Ce qu’en a pensé Choco, une lectrice qui lit peu de comics et qui m’a appris que la réédition en VF (et certainement le recueil en VO) était en couleur : Le grenier de Choco


Pour acheter ce livre :

En VO : (chez Dark Horse)

Sur Amazon.com :

Pour Kindle sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

Pour Kindle sur Amazon.fr :

En VF : (je ne comprends pas pourquoi Amazon colle une étiquette Poche au bouquin)

Messages

  • Ton petit résumé d’introduction m’a mis l’eau à la bouche et ta critique n’a fait qu’attiser ma curiosité. J’espère qu’on y aura le droit en VF.

    Sinon, je crois que tu as fait une petite erreur :

    "jusqu’au moment où elle se rencontre que le caillou ("

    rend compte non ?

  • J’ai été déçu par cette mini. Le premier numéro avait été une grosse douche froide. J’ai lu les #2-3 hier. Et là aussi déception. L’histoire ne m’a pas intéressé. L’humour ne m’a pas amusé. Bref, une mini à oublier. Côté dessin, moui, c’est pas mal.

    • Ce qui m’avait paru dur au premier numéro, c’est surtout qu’on n’avançait pas beaucoup. Heureusement, ça change (un peu) avec les deux autres numéros. Il faut mettre en avant le côté mignon et lecture pour tous. Après, ça reste du Powell, l’humour est quand même assez proche de ce qu’on peut trouver dans The Goon.