Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > The Flash : Rebirth HC

The Flash : Rebirth HC

dimanche 6 juin 2010, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Geoff Johns / Ethan Van Sciver)

Ce livre reprend les six parties de la mini-série.


Après les événements de Final Crisis, Barry Allen est revenu sur Terre. C’est donc la grande fête à Central City avec des parades et un musée consacré au héros le plus rapide de l’univers. Tout le monde se prépare que ce soit les héros avec leurs festivités ou les vilains pour leurs prochains plans maléfiques. Mais au final, celui qui n’est pas au rendez-vous, c’est Flash lui-même. Barry Allen se rend compte qu’il a été absent pendant très longtemps et qu’il doit rattrapper le temps perdu. Du coup, il décide de filer et de retourner à sa mission le plus vite possible et même Hal Jordan ne le convainc pas de se détendre avec ses amis plutôt que de repartir à fond à fond à fond. Et puis voilà que, dans un éclair, Savitar, l’un des vilains de Flash - Wally West, sort de la force véloce. Allen décide donc de l’arrêter mais en le touchant, il se produit une chose étrange : Savitar se décompose et tous les rapides de la Terre, depuis Jay Garrick jusqu’aux enfants West, ressentent un violent contre-coup de la force qui leur donne leurs pouvoirs. Le retour de Barry Allen n’est donc peut-être pas une bonne chose et il se pourrait bien que quelqu’un ait manigancé ce retour pour de mauvaises raisons ?

Alors voilà donc le bouquin qui est censé remettre Flash sur la voie du succès. Le sous-titre Rebirth fait forcément penser à Green Lantern : Rebirth, mini-série elle aussi écrite par Geoff Johns ce qui a permis à tout l’univers d’être la machine gagnante de DC Comics (avec, entre autres, de grands événements comme le Sinestro Corps ou Blackest Night). Comme Geoff Johns adore Flash et qu’il a scénarisé et réussi à rendre très populaire le sprinter rouge, il était normal qu’il soit le maître à bord.
Au final, Rebirth met les choses bien à plat. Johns raconte une histoire qui se passe dans le temps et qui remonte aux origines de Barry Allen et à l’un de ses traumatismes d’enfance (son père est accusé du meurtre de sa mère, accusation dont Allen va chercher à prouver le contraire). Le temps joue donc un rôle prépondérant dans l’histoire du super-héros et le fait qu’il soit toujours en retard malgré sa vitesse sera le gimmick de toute la mini-série. Il y aura aussi un élément important de la mythologie Flash qui sera expliquée : de quoi rendre le rôle de Barry Allen encore plus important après son sacrifice pendant Crisis on Infinite Earths.
Tout ça serait bien fichu s’il n’y avait pas besoin soit de ne rien connaître à Flash, soit de tout connaître. En fait, il va être question de Reverse Flash, et si vous ne vous êtes jamais posé la question, sachez qu’il y en a eu plusieurs, plusieurs même à porter le costume rouge et jaune. Alors forcément quand le Reverse Flash n’est pas celui auquel vous vous attendez, ça coince un peu. Pas beaucoup et c’est vite éclairci une fois que vous avez lu l’entrée Wikipedia ci-dessus (après avoir terminé le bouquin, hein, parce que Wikipedia, ça spoile toujours un peu).

Ethan Van Sciver était déjà de la partie pour Green Lantern : Rebirth et il remet le couvert pour Flash. Le dessinateur sait rendre la rapidité des héros (parce qu’il y a tous les Flash dans l’aventure) et la puissance des combats. Cependant, je ne trouve pas son style particulièrement accrocheur et ses personnages démasqués se ressemblent un peu trop une fois qu’on a mis de côté la coiffure. Il n’en reste pas moins que le résultat est d’une qualité indéniable mais je trouve parfois que Van Sciver ne sait pas s’arrêter à temps et, par exemple, que ses pages intérieures me plaisent beaucoup plus que ses couvertures.

Flash : Rebirth, mis à part le couac Reverse-Flash, fait bien son boulot : remettre toute la franchise Flash sur les rails. En fin de livre, vous trouverez le pitch de Johns pour sa mini-série qui simplifie la mini à quelques lignes et qui agit agréablement comme résumé de l’affaire, "tout ce qu’il faut retenir du bouquin". Il apporte aussi une réponse importante à la mythologie Flash. En tout cas, le lecteur lambda qui lit ce bouquin se trouve dans un état des lieux clair avec une aventure tout Johnesque. De mon côté, il faut croire que je ne suis pas si attaché à Flash que cela. Je tenterais certainement la suite mais je ne courerais pas après le bouquin de toutes mes forces. Ah au fait, préparez-vous, on sait déjà que 2011 sera l’année Flash en ce qui concerne le grand événement annuel chez DC.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr : (liens vers l’édition DC et l’édition Titan Books)

1 Message

  • The Flash : Rebirth HC 25 septembre 2010 19:08, par shell

    Cette histoire ne m’a pas laissé un grand souvenir : un peu tarabiscotée, trop de « Flashs » (quand on veut faire revenir un personnage avec un tel background, un truc un peu plus linéaire aurait suffi) et trop d’espacement entre les issues (il y a de la distorsion temporelle dans le travail de Van Sciver qui n’est pas un coureur de fond). Par contre, la série régulière est beaucoup plus fun à lire !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0