Onirique Comics 7.1

Accueil > Para-comics / Meta-comics > Films / Séries TV > Kick-Ass (2010)

Kick-Ass (2010)

mercredi 2 juin 2010, par Mathieu Doublet

réalisé par Matthew Vaughn
avec Aaron Johnson, Lyndsy Fonseca, Chloe Moretz, Christopher Mintz-Plasse, Nicolas Cage, ...

Dave Lizewski est un adolescent tout ce qu’il y a de normal, et c’est peut-être là le problème. Ni voyou, ni tête pensante de son école, il lit des comics comme n’importe quelle personne qui voudrait sortir un peu de son quotidien. Et au fur et à mesure, l’idée fait son chemin : pourquoi ne pas devenir un super-héros ? Avec un costume et une volonté de faire le bien, d’aider la communauté. Les héros vivent des histoires formidables, pourquoi alors vouloir être plus Paris Hilton qu’un héros ? Bonne question. Reste qu’être un héros, ça n’est pas toujours une partie de plaisir ... surtout la première fois où Dave va se prendre une raclée des plus musclée et se retrouve à poil à l’hôpital avec tellement de plaques de fer partout que cela lui donne une insensibilité bien pratique la prochaine fois où il tombera dans une altercation.

Quoi, moi feignasse ? Tout ça parce que j’ai repris mon paragraphe de l’article concernant Kick-Ass, le comic-book ? Bah, après tout, le film et le comic-book commencent de la même façon alors pourquoi pas ? Matthew Vaughn, à qui on doit les très sympathiques Layer Cake (polar à l’anglaise avec Daniel ’je ne suis pas encore James Bond’ Craig) ou encore Stardust (éloigné dans la forme mais proche dans le fond du roman de Neil Gaiman), décide donc d’adapter le comic-book de Mark Millar et John Romita Jr comme il l’a fait avec Stardust, en restant très proche du matériel d’origine.

On retrouve donc la même ouverture, quasiment le premier numéro à la lettre. Vaughn prend ensuite de plus en plus de distance par rapport au comic-book. Visiblement, pour que Kick-Ass passent aux yeux des producteurs du film, il va falloir mettre la pédale douce sur le trip fan de comics qui décide de faire dans la vraie vie ce qu’il a lu. Il faut que les choses paraissent plus "naturelles", plus "réalistes". Si le film est plus carré que le comic-book dans son histoire, il est aussi bien moins surprenant. En fait, ce qui change le plus dans Kick-Ass, le film, c’est le rôle de Big Daddy, confié à Nicholas Cage. Jusque dans son costume, la version filmée de Big Daddy est plus proche de Batman que son double dessiné. En version Millerienne de Batman, Big Daddy est un taré qui tient sa vengeance, qui y mène sa fille tambour battant et qui se méfie de tous et de tout le monde. Du coup, les surprises du comic-book ne peuvent plus tenir debout.


Spoiler pour ceux qui n’ont pas lu la BD et ceux qui n’ont pas vu le film

La traîtrise du Red Mist ne peut pas tenir debout avec un personnage aussi paranoïaque que le Big Daddy du film et c’est donc pour cela que les choses se passent différemment et intelligemment dans le film. Un bon point pour Vaughn même si ça gâche la BD quand on la lit après le film. De même, le film se garde
bien d’utiliser le gimmick du film avec un Big Daddy qui n’est pas un Kick-Ass ayant réussi mais bel et bien, un homme d’honneur, toujours dans un trip qui n’aurait pas déplu à Frank Miller.

Il n’empêche que Kick-Ass permet de passer un très bon moment, pour les spectateurs qui n’auraient pas peur de voir deshectolitres de sang se déverser devant leurs yeux. Parce que oui, Kick-Ass le film est aussi violent que le comic-book, spécialement quand Big Daddy et Hit Girl entrent en scène. Ca charcle, ça découpe, ça mitraille à tout va et on va bien voir les effets sur le corps des victimes. Alors ça n’est pas spécialement réaliste et on est dans le cadre d’une violence stylisée comme on la voit dans les films gore, les films de sabre ou bien ceux de Tarentino par exemple.
Si le film est réussi, c’est bien entendu grâce au réalisateur mais aussi grâce aux acteurs. Ils sont vraiment tous très bons dans leurs rôles respectifs avec ce qu’il faut pour les rendre crédibles. Le tour de force est qu’aucun ne surjoue, tout est très contenu et cela permet au film de ne pas sombrer dans une parodie ultra-violente de films super-héroïques. Mention spéciale à Chloe Moretz, celle qui incarne Hit Girl. Vous l’avez lu partout, cette jeune actrice est excellente et je ne vais pas aller contre ce jugement.

Kick-Ass le film est donc à voir de préférence après avoir lu la bande dessinée. Il est un moment agréable à passer, fluide dans son déroulement, adaptation fidèle mais qui reste trop classique, trop orientée pour que ça marche et que les spectateurs lambdas apprécient le produit. Le film est donc plus carré, plus sage par certains points de vue ce qui peut se comprendre mais aussi se regretter.