Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > Kick-Ass HC

Kick-Ass HC

lundi 31 mai 2010, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics - Icon / Mark Millar / John Romita Jr.)

Ce livre contient les huit parties de la mini-série.

Dave Lizewski est un adolescent tout ce qu’il y a de normal, et c’est peut-être là le problème. Ni voyou, ni tête pensante de son école, il lit des comics comme n’importe quelle personne qui voudrait sortir un peu de son quotidien. Et au fur et à mesure, l’idée fait son chemin : pourquoi ne pas devenir un super-héros ? Avec un costume et une volonté de faire le bien, d’aider la communauté.
Les héros vivent des histoires formidables, pourquoi alors vouloir être plus Paris Hilton qu’un héros ? Bonne question et Dave en aura une réponse (comme nous le voyons dans les premières pages). Reste qu’être un héros, ça n’est pas toujours une partie de plaisir ... surtout la première fois.

Lors de la lecture du premier numéro, je trouvais des airs de ressemblance entre Wanted et Kick-Ass et oui, les deux oeuvres sont liées ensemble car, même si ce ne sont pas exactement les mêmes histoires, elles ont quelques points communs. Les héros sont deux loosers geeks au départ et vont évoluer. Kick-Ass, c’est peu Wanted mais sans le côté winner. C’est peut-être tout ce qui fait son originalité d’ailleurs : le super-héros titre n’a pas grand chose pour lui, si ce n’est des plaques dans la tête qui lui évitent de sentir une partie de ses sensations. D’ailleurs, autant dire que Millar n’est pas tout à fait allé jusqu’au bout de son idée (en qui concerne le côté plaisir des sensations qui elles aussi devraient être réduites) et se retrouve dépassé par les événements aussi bien dans sa vie professionnelle que dans sa vie de super-héros.
Il y aura un poil de provoc’ dans Kick-Ass donc avec une surprise assez énorme qui rentre tout à fait dans le délire du comic-book (une autre façon de faire du meta-comics, nettement moins provocatrice que Wanted - à la limite, on dirait presque des excuses) et une autre que vous aurez certainement déjà intégré si vous avez vu le film. A ce titre, certes la surprise est un peu gâchée mais on comprend aussi assez bien comment le comic-book est construit (plus finement que le film) et tout ce qu’une adaptation peut être.

John Romita Jr. y était allé déjà assez fort avec son run sur Wolverine en compagnie de Mark Millar. Autant dire qu’avec Kick-Ass et surtout avec la jeune Hit-Girl, le sang va couler et pas qu’un peu. C’est de l’ultra-violence dans toutes ses formes. Alors oui, ça reste aussi très cartoon, très film de chambara, et on n’est pas du tout dans le registre de la torture (quoiqu’il y en ait une scène mais c’est la moins "saignante") ou dans une tension et un cadre réaliste. D’ailleurs, le fait que Romita ait bossé avec Frank Miller sur Daredevil et que certains personnages soient pour le moins républicains donne un côté à Kick-Ass que le père de Sin City n’aurait pas renié. Mais bon, passé la violence et le côté très rentre-dedans des personnages, on est loin de l’ambiance des comics signés Miller avec un "e".

Kick-Ass est une bonne lecture pour quelqu’un qui n’aurait pas eu sa dose de Frank Miller, tout en sachant que c’est une dose diluée. Ca charcle bien donc les réfractaires à l’hémoglobine passeront leur chemin. Vous êtes encore là ? Alors même si Kick-Ass n’est jamais à la hauteur de la promotion faite par son auteur (mais vous commencez à en avoir l’habitude, non ?), il y a suffisamment de savoir-faire et de clins d’oeil geeks pour en tirer un bon plaisir.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr : (version reliée puis version souple anglaise ce qui explique qu’Amazon.com n’en ait pas)

En VF : (hé oui, chez nous, ça sort en deux tomes et même pas en cartonné)