Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Terry Moore > Echo TPB 3 : Desert Run

Echo TPB 3 : Desert Run

vendredi 21 mai 2010, par Mathieu Doublet

(Abstract Studios / Terry Moore)

Ce TPB reprend les épisodes 11 à 15 de la série régulière.


Julie et Dillon sont toujours pourchassés par les hommes d’HenRI et par le vieil homme passablement taré qui dispose d’une partie de
l’armure Phi. C’est pour échapper à celui-ci que Julie déclenche les pouvoirs destructeurs de sa part de l’armure et creuse un véritable
cratère en plein milieu de la route. Mais cela ne suffit pas vraiment pour éliminer son adversaire. Le premier civil à passer à côté du cratère
en fera les frais de façon très très douloureuse.
Mais Dillon n’est pas particulièrement enchanté par la façon dont se sont déroulées les choses. L’armure l’a frôlé et il semble que Julie
ne maîtrise absolument pas le pouvoir qu’elle a à sa disposition, autant donc s’éloigner le plus loin possible de la jeune fille. Sauf qu’à s’énerver
et à prendre Julie par les épaules et la secouer, Dillon oublie que l’armure a un dispositif d’auto-défense. Il va donc être choqué un bon coup et cela,
étrangement, va le rapprocher de la femme qu’il aime ...

Ca fait bien longtemps que je n’avais pas ouvert un numéro d’Echo et cela est bien dommage tellement le comic-book de Terry Moore est agréable. Julie et Dillon
composent un couple très attachant, caractéristique qu’on retrouve aussi dans les autres personnages que ce soit la mystérieuse Ivy ou bien Pam, la soeur de Julie.
Terry Moore sait comment faire interagir ses personnages et ne se prive pas de le faire à travers des dialogues qui sonnent vrai. Le revers de la médaille est que chaque
numéro se lit toujours aussi vite et que la construction en TPB qui ne me paraissait pas évidente sur les premiers numéros prend tout son sens ici. Chaque numéro se termine
par une case qui ne ressemble pas à une conclusion mais à un cliffhanger de milieu de bouquin. Seuls le numéro 15 marque une véritable pause et constitue une espèce de
conclusion de tome.

Au niveau des dessins, c’est toujours aussi bon même si certaines cases sont parfois réalisées rapidement. Les couvertures sont jolies mais composées de bien étrange façon,
voire souvent mensongère quant au contenu du comic-book, ce qui constitue toujours une bonne surprise quand on lit le bouquin. Terry Moore n’hésite pas non plus à franchir la
barrière du craspec avec deux ou trois décompositions de corps peu sympathiques.

Echo continue donc son bonhomme de chemin avec toujours autant de qualité mais avec un côté "album de transition".


Pour acheter ce livre :

En VO :

Amazon.com : (TPB et intégrale)

Amazon.fr :

En VF :