Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Batman > Batman - The Unseen #1-5

Batman - The Unseen #1-5

dimanche 14 mars 2010, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Doug Moench / Kelley Jones)


Batman se bat contre les hommes du Black Mask et chacun de ses combats l’entraîne dans un affrontement physique ce qui signifie un échec pour Bruce Wayne qui table sur l’effet de terreur que Batman doit provoquer dans le coeur des brigands. Mais Batman va bien entendu avoir rapidement autre chose à penser : en effet, deux personnes déclarent avoir assisté à deux meurtres commis par un être composé d’os et de muscles mais sans peau. Batman et le commissaire Gordon l’ignorent encore mais il s’agit du Dr Glass, récemment viré de chez Waynetech, qui est abordé par Black Mask afin qu’il continue ses recherches sur le Translux, un sérum permettant de rendre invisible celui qui se l’injecte. Si le produit chimique se révèle efficace sur le coup, il a tout de même deux imperfections : il est de moins en moins efficace au fil et du temps et demande de plus en plus d’injections pour être efficace, et il rend tout simplement fou. Glass ne s’en rend pas compte et c’est peut-être ce qui va permettre à Batman de l’arrêter.

Ce sont les vieux briscards de Doug Moench et Kelley Jones qui s’occupent de cette mini-série qui dormait apparemment depuis 2007 dans les tiroirs de chez DC (en tout cas, les couvertures sont datées de 2007). Doug Moench signe un scénario des plus solides qui montre un Batman affaibli à la fois mentalement (les criminels n’ont plus peur de lui) et physiquement (avec des adversaires qui ne lui laissent pas une seconde de répit) et un adversaire qui est tout bonnement l’homme invisible tel qu’on peut le lire chez H.G. Wells et le voir dans la version filmée de Paul Verhoeven.
Cinq numéros avec pas mal de choses à lire qui en donne pour son argent au lecteur. Cependant, tout n’est pas très rose, à commencer par un Batman vraiment bête comme ses pieds. On peut penser que le Batman qui est présenté est un débutant mais face à un homme invisible comment ne pas penser à la bonne cartouche de peinture pour le révéler ou encore un nuage de farine ou de talc, autant de composants qui peuvent être transportés dans la Bat-ceinture très facilement. Pour le reste, les vilains comme les gentils sont clairement identifiés et bien mis en scène.

Pour les dessins, c’est du tout bon. J’aime beaucoup la version de Kelley Jones avec un Batman dont la cape est allongée et tentaculaire, changeante et mouvante comme si elle avait son propre esprit. Difficile de croire que Batman ne peut pas faire peur et si cette version est des plus éloignées du réalisme, elle est aussi très efficace d’un point de vue visuel (comme les oreilles du masque qui sont très grandes et pointues). Jones signera des planches assez gores, l’invisibilité progressive du Dr Glass étant comme celle de Paul Verhoeven, très graphique du point de vue de l’anatomie. Le fait que Black Mask fasse appel à un tel scientifique est d’autant plus évident en lisant les dessins.

Bref, même si ce récit est anecdotique (pourquoi n’a-t-il pas été intégré dans Batman Confidential ?) et même si Batman est bête comme ses pieds, j’ai trouvé très plaisante la lecture de cette mini-série. M’est avis que Kelley Jones y est pour beaucoup. A vous de voir donc, en fonction du graphisme de ces cinq numéros.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com : (prévu pour octobre 2010, damn !)

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0