Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > Criminal, the Deluxe Edition HC

Criminal, the Deluxe Edition HC

samedi 20 février 2010, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics - Icon / Ed Brubaker / Sean Phillips)

Ce livre contient l’intégralité du volume 1 (du #1 au #10) et les numéros 1 à 3 du volume 2.

Léo est un escroc, un cambrioleur, un voleur. Mais il a quelques principes : tout d’abord, il refuse de travailler avec des armes à feu. Ca rend les gens stupides et ça semble être la solution à tous les problèmes et l’alternative rêvée à un bon plan. Ensuite, en parlant de bon plan, le plus important dans un casse, c’est d’avoir plusieurs portes de sortie. Et c’est aussi pour ça que Léo est connu : il est doué et ne se fait jamais prendre. Le revers de la médaille, c’est qu’on l’a affublé du surnom de "peureux". Pourtant ses qualités sont reconnues, y compris chez les flics corrompus et Léo va se retrouver en face de Seymour, une ancienne connaissance, qui va lui proposer un deal assez juteux. Mais comme tout bon deal, il y a toujours quelque chose qui doit aller de travers, surtout quand l’un des partenaires est un flic pourri au tempérament beaucoup trop violent et Léo compte bien ne pas y laisser sa peau, ne pas se faire enfermer et pouvoir continuer de veiller sur Ivan, l’ancien partenaire de son père, qui sucre les fraises, drague ses infirmières et pense qu’il a toujours trente ans.

Coward est la première histoire de ce livre qui en compte quelques unes. On pourra rencontrer Travis Lawless qui compte bien venger la mort de son petit frère, Jake Brown aussi connu sous le nom de Gnarly qui deviendra le tenancier du bar The Undertow, Teeg Lawless, le père de Tracy et Ricky ou encore Danica, une jeune femme qui a eu, dans le temps, la malchance de choisir le mauvais cheval ...
Vous comprendrez rapidement qu’il s’agit de tout un monde qu’Ed Brubaker met en place, avec un jeu de miroirs entre les histoires, au fur et à mesure qu’on apprend à connaître les personnages qui appartiennent au même milieu. Le premier volume fait place à de jeunes héros tandis que les trois numéros suivants parlent de leur passé ou plutôt de leurs ancêtres. C’est une des composantes importantes de Criminal : l’honneur de la famille et la transmission de valeurs, aussi bien légales qu’illégales. L’autre composante est celle de l’amour et du sexe car au final, quand il y a plantage sur toute la longueur, il y a souvent une femme dans le coup. Des personnages très puissants qui savent très bien ce qu’elles font. Les hommes essaieront avec des réussites diverses de se sortir des embrouilles qu’elles ont directement ou indirectement créées.

Le milieu des gangsters, Brubaker l’avait déjà abordé avec Point Blank et Sleeper, saupoudrant son ambiance policière "noire" d’un soupçon de super-pouvoirs, le tout se passant dans l’univers Wildstorm (si vous n’avez pas encore lu ces deux titres, c’est le moment, ils sont récemment sortis chez Panini). Et pour se faire, Brubaker était accompagné de Sean Philipps. Vu l’alchimie qui ressortait de ces livres, il était naturel que les deux hommes travaillent à nouveau ensemble. Et le fait que ce soit Criminal qui bénéficie de ce duo n’est absolument pas surprenant.
Philipps colle au scénar’ avec brio, compose des pages sombres, glauques par moments mais aussi terriblement séduisantes avec ce cocktail de femmes fatales, d’argent, de drogue et de sexe. Il dessine des héros à la fois complètement immoraux mais aussi aux stéréotypes très attachants (le super malin et la montagne de muscles "à la Marv’" étant les deux premiers). On ne peut même pas reprocher à Philipps un manque de décor, il y a juste ce qu’il faut où il faut pour savoir ce qu’on est en train de lire et ce qui se passe.

En somme, Criminal est un superbe bouquin dont il reste encore 10 numéros à découvrir. Ed Brubaker et Sean Philipps étant partis sur l’aventure Incognito, on ne sait pas s’ils reviendront sur Criminal et sur The Undertow, le bar à bandits qui est à la fois le point commun à toutes les histoires, et certainement, la source à pas mal d’autres. Espérons que le duo reprendront un jour ou l’autre cet univers afin de nous offrir un nouveau volume de cette superbe bande dessinée qui bénéficie pour cette version Deluxe d’une taille supérieure aux comics habituels. L’ambiance des polars vous manque, Criminal est tout simplement un incontournable du genre.

P.S. Ah oui, il y a des bonus pour cette édition : toutes les couvertures bien évidemment, des mini-récits, des textes de Brubaker à propos du banditisme et les images que Philipps a créées pour les illustrer. Dommage qu’on ait pas tout ce qui a été publié en mensuel mais voilà déjà de quoi bien faire.


Pour acheter ce livre :

En VO : (version Deluxe et TPBs habituels)

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF :