Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Jonah Hex > Jonah Hex Vol. 2 : Guns of Vengeance

Jonah Hex Vol. 2 : Guns of Vengeance

lundi 8 février 2010, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Justin Gray & Jimmy Palmiotti / Luke Ross, Dylan Teague, Val Semeiks, Tony DeZuniga, Phil Noto, David Michael Beck & Paul Gulacy)

Ce livre contient les épisodes 7 à 12 de la série régulière.

Blood Creek, Texas. Une ville en feu dans laquelle il n’y a plus âme qui vive. Enfin, c’est sans compter Jonah Hex et quelques hommes en face de lui. Mais comment tout cela a-t-il pu démarrer avec un mariage ? En voilà une belle question, il y sera question de vengeance, de hasard et d’un superbe fusil.
De vengeance, il en sera aussi question pour un collègue chasseur de primes pourchassé par des étrangers, pour une jeune femme qui a perdu son enfant avec le cow-boy défiguré à proximité, pour un homme noir qui voudrait savoir avant de mourir ce que sont devenus sa femme et son enfant, pour un cirque dont la perte du chef a tout changé ainsi que pour des mormons qu’on empêche de vivre librement ...
Dans chaque cas, Hex va bien entendu être impliqué mais, heureusement pour le lecteur, pas toujours dans la même situation. De victime à bourreau, du simple hasard à la franche course directe dans les ennuis, Hex continuera de canarder son prochain s’il le mérite.

Justin Gray & Jimmy Palmiotti continuent leur petit édifice à la gloire de l’homme le plus craint de l’Ouest et les deux scénaristes réussissent une fois de plus à écrire six épisodes particulièrement réussis. Ils intègrent aussi un personnage western de l’univers DC en la présence d’El Diablo (comme il l’avait fait pour Batlash dans le précédent TPB - revue #3 en mensuel) et c’est peut-être dans ce numéro qu’ils écrivent le moins bien leur héros en le faisant se comporter comme un beauf, un véritable crétin ce qui ne colle absolument pas avec ce qu’on a pu lire auparavant.

A moins que cela n’ait à voir avec le graphisme du dessinateur. En l’occurence, c’est David Michael Beck qui se charge de l’épisode 11 et le chasseur de primes y est rarement montré à son avantage. Les expressions de son visage sont pitoyables et ramènent Hex à un statut de véritable décérébré. C’est d’autant plus dommage que le dessinateur est bon. D’ailleurs, les autres signatures présentes ici méritent tout autant ce compliment : du dernier numéro de Luke Ross aux 22 pages d’un Paul Gulacy particulièrement en forme, on retrouvera un style plus cartoon pour Dylan Teague, le vétéran Tony DeZuniga - déjà chargé de Jonah Hex dans le temps des premières parutions et Phil Noto qui réussit lui aussi à sortir des ses habitudes.

Bref, Guns of Vengeance porte bien son nom et indique aussi que ce tome sera bien moins drôle que son prédécesseur (au niveau de l’humour noir bien entendu) si l’on excepte l’épisode avec El Diablo qui sortira du lot de toutes les manières possibles (c’est même un épisode qui se rattache au premier numéro de la série, n’étant du coup, plus tout à fait "stand alone"). Il n’en reste pas moins une lecture vivement conseillée avec des personnages toujours aussi bien décrits.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF :

Guns of Vengeance fait partie du premier Big Book consacré à Jonah Hex accompagné du premier TPB.

Messages