Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Jonah Hex > Jonah Hex Vol. 1 : Face Full of Violence

Jonah Hex Vol. 1 : Face Full of Violence

mardi 2 février 2010, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Jimmy Palmiotti & Justin Gray / Luke Ross & Tony DeZuniga)

Ce livre reprend les numéros 1 à 6 de la série régulière.

Quand Jonah Hex arrive quelque part, c’est souvent mauvais signe. Soit le sort va vous apporter une mauvaise nouvelle, soit il s’en est déjà chargé. Il faut dire que voir débarquer un soldat en costume sudiste avec la moitié du visage massacrée, ça n’inspire pas forcément confiance. C’est ce que les jeunes filles de la famille Foster pensent et elles accueillent Jonah avec un visage déterminé, un pistolet et deux fusils. Mais le père, Joshua Foster, connait bien la réputation de Jonah Hex le chasseur de primes qui, pour un bon prix, est capable de retrouver n’importe qui. En l’occurence, il faut retrouver Jacob, le fils, l’autre mâle de la famille. Comme un cirque ambulant était dans le coin au moment du kidnapping, Jonah va aller faire un tour à la fête foraine, là où on peut trouver de jeunes garçons se battre contre des chiens féroces ...

Ceci est la première aventure de Jonah dans ce livre qui en compte six différentes. Hé oui, là où la mode est de pondre des histoires entre quatre et six numéros pour vendre des TPBs, Justin Gray & Jimmy Palmiotti la prennent à revers. 22 pages, une histoire complète, le deal est clair. Jonah Hex a déjà connu de nombreuses incarnations en bande dessinée : première apparition du cow-boy dans le numéro 10 de All-Star Western en 1972, série qui deviendra Weird Western Tales ; série éponyme dans la foulée (années 70-80) et différentes mini-séries (Riders of the Worm & Suck, Shadows West ou Two-Gun Mojo) tout au long des années 90 sur le label Vertigo.
Bref le cow-boy a déjà un certain passé plus ou moins surnaturel. Et pourtant en ouvrant Face Full of Violence, vous n’êtes nullement obligé d’y connaître quoi que ce soit. La première aventure, qui démarre par un règlement de compte au clair de lune accompagné de quelques cartouches en voix-off, vous expliqueront tout ce qu’il faut concernant Hex. Pas par de long discours mais par de l’action qui définit bien le personnage et tout son caractère en demi-teinte (entre le chasseur de primes au caractère froid et trempé dans l’acier, le tireur d’élite et l’homme quand même inspiré par une certaine forme de justice).

C’est donc parti pour quelques duels, des coups fourrés, des attaques surprises d’indiens, des voleurs au coeur plus ou moins grand, des histoires d’amour qui finissent plus ou moins mal et une silhouette symbolisant le changement : Jonah Hex. Là où il arrive sonneront les revolvers et coulera le sang. Et si vous pensez que cela n’est pas très amusant, vous vous trompez. Alors non, on ne se tape pas sur la cuisse en lisant Jonah Hex, mais les scénaristes réalisent chacun de leur numéro comme une fable avec une morale qui fait mouche et dont l’humour noir est accompagné de répliques efficaces, "directes dans ta face".
Une autre originalité du titre, ce sont ces encarts en noir & blanc qui donnent à l’impression des pancartes du cinéma muet, qui sont comme des titres de chapitres et qui donne au final bien du style au titre.

Et pour une fois, DC a bien préparé son nouveau titre avec un dessinateur qui n’est pas la moitié d’un manchot. Luke Ross ne restera pas une éternité sur le titre mais lui donnera suffisamment de cachet pour qu’on s’intéresse au titre. Son style est fin et élégant, à deux doigts du photo-réalisme mais avec suffisamment de mouvement pour que tout ne semble pas figé. Avec un Jonah Hex qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Clint Eastwood, on se prête à penser à une adaptation ciné (qui aura lieu finalement mais pas avec Clint dans le rôle titre) et on voit bien entendu que les amateurs de westerns sont brossés dans le sens du poil.

Alors vous vous direz peut-être "oui mais le western, moi, perso, j’accroche pas". Et je vous répondrai qu’au ciné, en général, je ne vais pas voir de western parce que ça ne m’enchante pas non plus. Mais en bande dessinée, avec un rythme rapide et surtout de bonnes histoires, Jonah Hex devrait vous convaincre. Surtout que la série a dépassé ces 50 numéros, signe d’une certaine qualité ou d’une confiance de DC dans le titre.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

En VF :

Ce TPB est inclus dans le Big Book qui contient aussi le deuxième TPB (malgré le nombre de pages indiqué sur Amazon.fr).