Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Oni Press > Three Days In Europe

Three Days In Europe

lundi 1er janvier 2007, par Mathieu Doublet

(Oni Press / Antonny Johnston / Mike Hawthorne)


Cela fait trois ans que Jack et Jill sont ensemble. Il est très occupé à placer des espaces publicitaires dans les médias et elle s’occupe d’une galerie d’arts qui ne fonctionne pas très bien. Ils n’ont finalement pas grand chose en commun et sentent que leur couple est sur le point de se rompre. Alors ils décident de se faire mutuellement une petite suprise sans bien entendu en parler à l’autre. Jack commande pour le week-end qui vient de débuter, un voyage à Paris pour deux avec des entrées exceptionnelles pour un vernissage d’une exposition ultra-temporaire, étant certain que cela plaira à sa compagne. Jill quant à elle décide de prendre deux bilets pour Londres et réussit à dégotter deux places pour le concert exclusif de Q.E.D., le groupe préféré de Jack (tandis qu’il a plutôt tendance à hérisser le poil de la jeune femme).

Bien entendu, vu que les billets sont pris pour le même moment, il va être difficile de savoir qui va où. Et après une montagne de bagarre, ils décident chacun d’accepter le cadeau de l’autre : Jack ira donc à Londres voir son concert et Jill à l’exposition picturale, même si c’est l’un sans l’autre. Petit problème : dans les prises de bec, les deux tourtereaux se plantent dans les billets : Jill se retrouve à Londres et Jack à Paris. Réussiront-ils à vivre la passion de l’autre ?

Comme ça, on se dit qu’on plonge droit dans la chro sociale, le rapport entre deux êtres humains qui vont se découvrir l’un l’autre. C’aurait pu être un angle d’attaque mais le duo constitué du scénariste Antonny Johnston et du dessinateur Mike Hawthorne ne l’a pas entendu du tout de cette oreille. Vous voyez Grégoire Moulin contre l’humanité, After Midnight ou encore le comic-book I Die At Midnight (faut que je pense à le chroniquer celui-là !) ? Non ? Et bien, dîtes vous tout simplement que Jack et Jill (enfin surtout Jack d’ailleurs) vont vivre des aventures rocambolesques voire même vaudevilesques qui vont les transbahuter entre Paris et Londres et les impliquer dans une affaire bien louche.

Aussi bien dans le scénario que dans le dessin, le rythme est plus que soutenu, les péripéties de nos héros s’enchaînent à une vitesse phénoménale dépeignant au passage quelques personnages pas piqués des hannetons. Une bonne dose d’humour aussi qui permet de faire passer la pilule de Pascal, le français qui porte un bérêt (comme d’autres français dans l’ouvrage) et qui déteste les américains. Finalement, le tout est si léger qu’on accepte cette caricature de nos compatriotes comme à la façon des Monty Pythons. Il y a d’ailleurs quelques paroles en français dans le TPB et même si tout n’est pas exact (Pascal et son "Encoulez vouz" est un grand moment !), il y a un bel effort de la part de Johnston.
Graphiquement, Hawthorne s’applique dans un style noir & blanc, caricatural et cartoony qui sied à merveille à l’intrigue.

Three Days In Europe est donc un bon petit récit comique, frais, qui ne porte pas à conséquence et qui bénéficie d’un graphisme sympathique et de grande qualité.

Pour acheter ce livre :

En VF chez Milan (dans un format un peu plus grand que la VO je pense) :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0