Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Batman > Batman #687-691 : Long Shadows

Batman #687-691 : Long Shadows

mercredi 30 décembre 2009, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Judd Winick / Ed Benes & Mark Bagley)

Spoilers pour les lecteurs de VF.

Alfred se souvient de temps plus heureux, en tout cas, comparés avec le présent. De moments où la bonne humeur pouvait entrer
dans la Batcave, de moments comme celui où Dick Grayson, alors sous le costume de Robin, avait réussi à coincer Batman en le prenant
par surprise au sein de sa forteresse. Mais l’heure n’est plus à la rigolade. Dick Grayson a grandi, Bruce Wayne a disparu et le Robin devenu
Nightwing n’a pas encore décidé d’enfiler le costume de son mentor. Mais il ne pourra pas rester dans cette position longtemps
et la JLA ainsi que l’épouvantail vont lui faire prendre cette grande décision.

Cet épilogue à Battle for the Cowl est un numéro standard dont la parution dans le TPB Long Shadows semble relever de la sagesse éditoriale.
L’histoire rappelle de bons moments, reste logique par rapport aux personnages et met un petit coup de pied dans les enterrements
systématiques des super-héros avec haie d’honneur et visages ruisselants de larmes. C’est peut-être là que Winick marque
les points nécessaires pour rendre son numéro intéressant. Et puis, là, c’est bon, on part sur la base "Dick Grayson est le nouveau Batman."

Mais ça n’est pas le gros morceau du bouquin. Long Shadows, c’est surtout et avant tout, une histoire de guerre du crime et la continuité des
différents titres Batmaniens par rapport aux grands vilains et à leur réaction vis à vis de ce nouveau Batman, plus souriants. On retrouvera donc
le Pinguin et Two-Face ainsi qu’une troisième grande pièce vilaine dont l’identité était faussée dans le passé proche et pourrait bien l’être
dans ces numéros. Là encore, Winick se repose plus sur ses personnages avec de jolis moments de complicité (même entre bons et méchants) que sur
un intrigue intéressante.

Pour l’épilogue, Ed Benes réalise des planches bien plus sombres que sur la JLA mais cela reste du bon travail. Et c’est Mark Bagley qui atterrit enfin
sur un titre avec de l’envergure (parce que bon, Trinity, ça n’a pas été le carton escompté par DC). Je ne suis pas fan absolu du dessinateur mais il rend
des planches dynamiques, dessine des personnages aussi bien avec que sans masque et tout cela avec une régularité exemplaire.

Bref, ce Long Shadows est plutôt une bonne surprise qui met des pièces en place sur l’échiquier de Gotham. Ca pourrait être plus palpitant mais ça a au moins
le mérite d’être lisible.


Pour acheter ce livre :

En VO : (dans un format Deluxe donc bien plus grand qu’un comic-book et couverture rigide)

Sur Amazon.com : (en mai 2010 pour le magasin on-line, vraisemblablement plus tôt en comic-book store)

Sur Amazon.fr :