Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > JLA / JSA > Justice League International HC 3

Justice League International HC 3

lundi 30 novembre 2009, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Keith Giffen & J.M. DeMatteis / Kevin Maguire, Steve Leialoha & Ty Templeton)

Ce volume contient les épisodes 14 à 22 de la série régulière.


La JLI a quelques soucis : le premier, c’est le recrutement de membres. Même si Green Flame et Ice Maiden (des Global Guardians) cherchent à intégrer l’équipe, celle-ci cherche des gros bras. Et de gros bras, ils vont en avoir besoin. Car un vaisseau extra-terrestre approche de la Terre. Dirigé par Lord Manga Khan, le Cluster (l’Assemblage en VF ?) apporte un accord que la planète ne pourra pas refuser : soit la Terre rentre dans un accord commercial avec le vaisseau-planète ou celui-ci va se servir. Comprendre par là, piller la planète. Quand les extra-terrestres comprennent que la Terre est un ensemble de pays divisés, ils se doutent que l’accord ne pourra pas avoir lieu et lancent le pillage. Les Nations Unies vont dans ce sens mais envoient tout de même la moitié de la JLI.

Parallèlement, Batman (ramené à la JLI par un Guy Gardner pas tout à fait lui-même), Booster Gold, Blue Beetle et Green Flame vont en Bialya pour enquêter sur leur dictateur qui annonce à qui veut bien l’entendre qu’il disposera très bientôt d’une arme très puissante. Une nouvelle menace diplomatique donc. Avec un Scott Free disparaissant, une Big Barda furieuse et un nouveau Green Lantern poilu appelé G’nort, autant dire que la ligue aura fort à faire.

Comme annoncé dans le tome précédent, on continue de croiser les Global Guardians même si on n’est pas encore dans le gros de l’affaire. Kieth Giffen et J.M. DeMatteis se penchent énormément sur le Cluster, son dirigeant Lord Manga Khan (et son serviteur L-Ron qu’on croisera par la suite en compagnie de Maxwell Lord) et déroule leur intrigue sur quasiment tout le recueil. L’histoire y gagne en importance avec un final assez hallucinant sur Apokolips, la planète de Darkseid, rien que ça. Niveau menace intergalactique, la ligue aura du mal à affronter pire d’autant qu’un contrat sur leurs têtes est lancé et que c’est Lobo (toujours fans de ses dauphins argentés) qui doit s’en charger.
Alors comme ça, on se dit que ça ne va pas être des plus amusants. Hé bien, détrompez-vous, ce volume de la JLI demeure dans la même veine. Booster Gold et Blue Beetle énervent toujours autant leurs co-équipiers mais ils ne seront pas les seuls à blaguer. Rocket Red (et son appréciation toute soviétique des événements) et G’Nort (tout simplement en étant G’Nort) auront aussi leur moment de franche rigolade, le tout reposant sur des dialogues, des vannes et un sens du rythme incroyable.

Kevin Maguire est toujours de la partie avec ses visages si expressifs et plus détaillés que maintenant mais le dessinateur aura droit à deux fill-ins. Tout d’abord Steve Leialoha, qu’on le connaît plus habitué aux séries Vertigo et Ty Templeton. Le second dessinateur est plus connu pour des séries pour jeunes ou humoristiques et sa participation à la JLI est pile poil dans son créneau. Leialoha a un trait plus gras que Maguire et Templeton s’endonne à coeur joie pour s’approcher de Jack Kirby, New Gods obligent.

Bref, ce volume est le digne successeur des précédents avec en plus, une bien belle histoire, solide et toujours aussi drôle. L’occasion aussi de retrouver des personnages hauts en couleur, avec un Hawkman qui ferait passer Batman pour un clown. C’est dire que le quatrième volume déjà disponible se trouve dans les comics que j’ai une énorme envie de lire.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Couverture souple :

Couverture dure :

Sur Amazon.com :

Couverture souple :

Couverture dure :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0