Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > X-Force / Cable : Messiah War HC

X-Force / Cable : Messiah War HC

jeudi 29 octobre 2009, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Duane Swierczynski, Craig Kyle & Christopher Yost / Jamie McKelvie, Ariel Olivetti & Clayton Crain)

Ce volume contient :
- X-Force #14-16
- Cable #11-15
- X-Men : The Times & Life of Lucas Bishop #1-3
- X-Force / Cable : Messiah War Sourcebook
- X-Men : Future History Sourcebook

Cable est avec la petite fille qu’il a juré de protéger et d’élever dans de bonnes conditions. Autant dire qu’avec un monde en perdition dominé par des cafards humanoïdes et la femme qui l’accompagnait dans sa mission éducative maintenant morte, Cable n’a pas beaucoup le choix. Il lui faut sauter dans le temps. Sa machine temporelle n’étant plus ce qu’elle était, ce ne sont que des bonds en avant qui sont possibles. Pour Hope, la petite fille, c’est la première fois qu’elle saute et elle va apprendre que ce genre d’expériences n’est pas des plus agréables. "Un petit peu mal au ventre", qu’il disait le Cable. Tu parles ! Et que faire, comment survivre dans un monde complètement ravagé où il n’y a signe nulle part de nature qu’elle soit végétale ou animale.
Comme si ça ne suffisait pas, Cable et la petite vont finalement se retrouver dans un monde où un grand grand méchant a gagné. Entre le désert et un monde pareil, il n’est pas facile de savoir quel est le meilleur ...

Après Messiah Complex, nous avions laissé Cable en compagnie de la première naissance mutante post M-day et sautant dans le futur pour ne pas se faire attrapper par Bishop qui a la conviction qu’il faut tuer la gamine pour qu’un futur apocalyptique ne se produise pas. Hé bien, pour tout vous dire, à la fin de ce hardcover plutôt épais (8 épisodes pour l’intrigue qui nous intéresse), on n’est pas beaucoup plus avancé. Les scénaristes dépeignent un futur possible mais qui n’est rappelé nulle part ni dans les précédentes époques des X-Men, ni même dans X-Factor qui suit aussi un futur parallèle. Bref, c’est assez complexe. Au final, on apprend peut-être la finalité de la petite Hope mais puisque c’est un vilain qui en parle, autant dire que ça n’est peut-être qu’une fausse piste.
C’est donc de la course poursuite classique dans un décor des plus déserts et vues les interactions possibles, le scénario ne peut pas être des plus complexes. Le souci, c’est qu’à la fin de ce livre, on n’est pas beaucoup avancé qu’au départ et que la course entre Cable et Bishop peut continuer. Je me demande jusqu’où ou jusqu’à quand les scénaristes pourront tirer sur la ficelle et enfin révéler le fin mot de l’histoire.

Heureusement, les dessins relèvent "un peu" le bouquin. Le fait qu’Ariel Olivetti et Clayton Crain soient attitrés aux deux séries au même moment donne un ensemble assez homogène au crossover. Je suis plus fan du travail d’Olivetti qui est plus précis que celui de Crain qui m’a légèrement déçu, car j’avais gardé un très (trop ?) bon souvenir son boulot sur la première mini Ghost Rider : The Road to Damnation.
Ce sont les dessins de Jamie McKelvie qui choquent finalement. Trop propres, trop ronds, semblant sortis d’un dessin animé, ils ne collent à mon avis, pas à un univers de bande dessinée et encore moins au post-apocalyptique.

C’est donc avec déception que j’ai fini ce bouquin. Alors oui, on comprend maintenant pourquoi Bishop en veut à la gamine (même si ça n’est pas très précis et même s’il a gardé bien précieusement dans sa caboche pendant tout ce temps) et il y a les Sourcebooks qui sont assez bien foutus pour tous ceux qui aimeraient comprendre toutes ces histoires de voyage dans le temps. En tout cas, je suis bien content d’avoir lu que la série Cable n’avançait pas dans l’intrigue de la petite. Ca m’a économisé deux TPBs. On verra donc ce que la suite nous prépare avec précaution.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Sur Amazon.com :

Messages