Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Superman > Superman : New Krypton Vol. 2 HC

Superman : New Krypton Vol. 2 HC

mardi 27 octobre 2009, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Geoff Johns, James Robinson & Sterling Gates / Renato Guedes, Pete Woods, Jamal Igle & Jorge Correa Jr.)

Ce volume contient les numéros suivants :
- Superman 682-683
- Action Comics 872-873
- Supergirl 35-36

L’arrivée des Kryptoniens sur Terre ne se fait pas vraiment de la façon la plus souple. Certains d’entre eux sont loin d’être aussi amicaux ou prêts à rendre service que Superman, Supergirl ou bien Power Girl. Il faut aussi dire que le climat entre les dirigeants est pour le moins tendu avec l’arrivée d’un Doomsday plus vrai que nature lors de la première rencontre Humains / Kryptoniens. Mais tout cela n’est dû qu’à une poignée d’hommes de chaque partie, malheureusement, ces quelques hommes peuvent mettre à sac une amitié qui aurait pu être profitable à chacun.
Et s’il y en a une pour qui les choses sont plus compliquées, c’est Kara à qui ses parents ne donnent pas le choix : elle a beau avoir commencé sa vie chez les Terriens, il n’en reste pas moins que désormais puisque sa famille est revenue, elle doit rester à Kandor avec les siens. Ce qui ne plait pas entièrement à la jeune fille mais sa mère est si déterminée que la cousine de Superman est bien obligée d’obtempérer.

Ca n’est pas très compliqué : ça complote, ça se rentre dans le tas et ça n’apporte pas grand chose si ce n’est un nouvel état qui laisse la place à de nouvelles pistes. Il manque à ce New Krypton quelque chose de final. J’ai eu franchement du mal à voir ce qu’il y avait d’intéressant pour que Geoff Johns, James Robinson et Sterling Gates passent dix numéros sur ce fait. Alors oui, amener Supergirl dans l’affaire était nécessaire et vu que la demoiselle a son propre titre, il aurait été étrange de ne pas la voir ici. Ceci étant il y a un sentiment de redite assez fort entre les trois mensuels, peut-être pour conforter les fans qui ne suivent pas les trois séries (il me semblait pourtant que c’était tout l’intérêt d’un crossover).

Je ne sais pas si cela vient des artistes ou de moi mais je ne reconnais le style d’aucun des trois présents dans ce bouquin. Renarto Guedes se cherche ou bien travaille à côté de son boulot chez DC et ça ne rend pas forcément très bien mais c’est déjà le cas depuis un petit moment. L’encrage sur les planches de Pete Woods est bien gras et son travail ressemble plus à Amazons Attack qu’à 1.2.3. Action !. Quant à Jamal Igle, mon dernier souvenir de son boulot était sur Firestorm ce qui fait une petite paye. Son travail est peut-être celui qui me déçoit le moins puisque je n’en attendais rien.

Et voilà, ce New Krypton ressemble à un renouveau pour Superman avec plein de mystères et d’intrigues à développer pour la suite (qui, devinez quoi, se répercute dans de nouveaux crossovers). Or on ne peut pas vraiment dire que de nouveaux lecteurs peuvent commencer avec New Krypton sans avoir au moins lu les arcs de Johns, au moins Last Son of Krypton et Brainiac. Si DC a voulu relancer l’intérêt des lecteurs avec cet arc, l’objectif est loupé de mon côté.

Pour la suite, direction Superman : Mon-El (parution de l’article le 27 avril)


Pöur acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Sur Amazon.com :