Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Teenage Mutant Ninja Turtles > Teenage Mutant Ninja Turtles #12-18

Teenage Mutant Ninja Turtles #12-18

lundi 19 octobre 2009, par Mathieu Doublet

(Mirage Studios / Peter Laird, Kevin Eastman et bien d’autres - détails ci-dessous)

TMNT #12 (Peter Laird)

Les tortues s’offrent un petit périple dans la forêt et un agréable pique-nique qui est interrompu par un homme complètement affolé. Ce dernier est un scientifique qui s’échappé d’une bande de mercenaires fascistes mais après leur avoir construit un engin de destruction massive.

De l’action à tout crin dont une très longue scène de chasse dans la forêt où les tortues exercent tout leur art. Peter Laird met en scène de superbes combats avec des splash-pages très efficaces. Pour le reste, le style des humains a malheureusement toujours un certain problème de proportions et les visages sont si détaillés qu’on dirait du Crumb.

TMNT #13 (Michael Dooney)

Northampton et sa campagne, ça craint. Sauf qu’il y a aussi quelques avantages, comme de rôder autour de fermes abandonnées, histoire de se laisser aller à ses penchants ninjas. Les tortues vont avoir leur repos une fois de plus écourté par la venue d’une météorite contenant un exosquelette. A l’intérieur se trouve une jeune femme qui doit lutter pour gagner les élections qui feront d’elles la dirigeante de sa planète. Elle est forcément pourchassée par son adversaire politique qui, pour être plus juste, est bien accompagnée. Les tortues vont se sentir obligées d’aider la nouvelle venue mais celle-ci prendra la question de l’honneur au plus haut point.

Ca défouraille toujours autant avec des scènes de combat toujours aussi bien menées. Michael Dooney qui prend le titre en charge pour ce numéro a un style qui n’est pas sans rappeler un Alan Davis. Alors forcément, sans en maîtriser toutes les subtilités, mais après les numéros précédents, ça fait aussi du bien de voir un trait clair qui sait où il va.

TMNT #14 (Kevin Eastman / Eric Talbot)

Casey Jones rôde dans sa ville de jeunesse à la recherche de quelques mécréants à punir. Il a soudain un choc quand il voit que la vache en bronze du magasin Louie’s Variety a disparu. Jones doit donc enquêter sur la disparition et emmène April et les tortues dans l’affaire sans bien maîtriser tous les acteurs de ce drame.

Un scénario assez fun avec un quiproquo complètement débile et un Casey Jones carrément à la ramasse. Là encore, le comic-book se laisse lire avec un plaisir évident. Eric Talbot est le digne successeur de Laird et Eastman avec un dessin très légèrement différent, plus propre mais qui correspond tout à fait à ce que cherchent les pères des TMNT. Talbot dessinera d’ailleurs Melting Pot, la série de Kevin Eastman en solo, qui intègrera par la suite le magazine Heavy Metal.

TMNT #15 (Peter Laird)

Les tortues sont au comic-shop local, Steve’s Comics, quand ils sont attaqués par de drôles de petits robots. L’assistant de Steve et le gérant de la boutique lui-même se révèlent être d’anciens membres de Justice Force. Et les robots attaquants sont l’oeuvre de leur arch-nemesis, Docteur Dome. Une confrontation ne peut être empêchée, c’est pourquoi la Justice Force doit se reformer même si les héros ne sont plus de première fraîcheur.

Vous voulez une JLA sous déambulateur, vous l’avez ici. On passera sur la couverture hideuse et les dessins pas évidents (même l’encrage de Jim Lawson limite les dégâts) pour se concentrer sur un concept assez sympa (le super-héros désormais vendeur de comics) et un final assez sympathique et inattendu.

TMNT #16 (Mark Martin)

Tout commence par une petite fille qui nous invite à connaître son aventure. Et quelle aventure puisque les tortues sont abordées par une créature des plus étranges, qui semble tout d’abord fort hostile, avant de raconter à son tour une histoire de voyage dans le temps.

Quel rapport avec la petite fille ? Je vous le laisse découvrir dans cet excellent numéro. Mark Martin rend une copie impeccable aussi bien au niveau du scénario que du dessin absolument superbe et comique. Pour l’anecdote, Laird était à la bourre sur le numéro 15. Du coup, plutôt que de reporter la sortie d’un numéro de la série (après déjà de longs mois d’attente chez les lecteurs), Mirage Studios décide de sortir le numéro 16 avant le 15. On retrouvera du coup, des réactions à ce numéro dans le courrier des lecteurs ... du numéro précédent. On sent aussi avec ce numéro, la tentation qu’ont Laird et Eastman de confier leurs héros à d’autres créateurs.

TMNT #17 (Kevin Eastman & Eric Talbot / Eric Talbot)

Michaelangelo est perdu au milieu des bois en plein Japon féodal et recherche ses frères. C’est alors qu’il est abordé par le seigneur Toshiro, son fils Sakai et sa fille Tai. Ils sont poursuivis par le terrible Tachi, bras droit du seigneur Orkai qui entend bien supprimer son concurrent et marier la fille avec son bras droit afin de récupérer les terres. Michaelangelo ne peut bien évidemment pas laisser passer une telle injustice.

Voir la tortue en plein Japon féodal laisse penser que les propriétaires de Mirage Studios ont laissé carte blanche aux auteurs. Sauf qu’il y a Kevin Eastman à bord et qu’il est encore un peu tôt pour la liberté créative. Du coup, il y aura bien une raison à tout ce voyage exotique. Pour le reste, "Toshiro", "Sakai", ... on ne peut pas dire que les références fassent dans la finesse d’autant qu’il y a un message de remerciements pour le Ronin de Frank Miller, Lone Wolf & Cub ainsi que Usagi Yojimbo. On est donc dans du classique avec la touche Mirage Studios et un Eric Talbot dont on s’habitue aux traits.

TMNT #18 (Kevin Eastman & Mark Bodé / Mark Bodé)

Les tortues sont en Chine (ou à Chinatown - le contexte n’est pas particulièrement explicite) et s’arrêtent devant le restaurant Hu-Shanks, le meilleur de la région et pour cause, il n’utilise que des aliments frais et aucun produit chimique, utilisé par tous les autres restaurateurs sous la pression de Beancurd et Gorko. Ils assistent à des actes de vandalisme purs et durs pour faire craquer le vieux. Heureusement, Chang, le neveu de Hu-Shank est là et quand les vilains vont dépasser les bornes, il va être temps de se venger.

Ce numéro fait la paire avec le précédent. C’est le côté oriental (déjà vu dans des numéros précédents d’ailleurs) et l’hommage à Bruce Lee qui priment. Mark Bodé a un style particulier, assez fouillis en ce qui concerne les détails mais dont les personnages sont dessinés avec régularité, peu importe l’angle. Il y a aussi cette mise en page assez spéciale, où les phylactères surplombent les images comme une bande-son américaine collée sur un film de kung-fu en version originale. L’effet est très réussi, l’histoire clichée au possible et le pire, dans tout ça, c’est que ça fonctionne au poil.
Shell of the dragon aura visiblement une importance aux yeux de l’éditeur puisqu’il ressortira en couleurs presque deux ans plus tard. C’est le premier comic-book des tortues ninja que j’ai eu entre les mains, la couverture étant suffisamment sympathique pour que je tente l’aventure.


Comme d’habitude, pour lire tous ces numéros gratuitement, il suffit d’aller sur le site officiel http://www.ninjaturtles.com