Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Dark Horse > The Amazing Screw-On Head

The Amazing Screw-On Head

lundi 1er janvier 2007, par Mathieu Doublet

... au service d’Abraham Lincoln.

(Dark Horse / Mike Mignola)


Amérique. Les temps sont durs. La patrie est en danger. Abraham Lincoln, président des Etats-Unis contacte l’un de ses agents, Screw-on Head pour une mission délicate mais d’importance mondiale. En effet, le musée des livres et papiers dangereux ont été la cible d’un acte de vandalisme. Tous les indices (du poison, du gaz, des scorpions) tentent à penser que c’est l’empereur zombie qui a fait le coup. Et manque de bol, un manuscrit a disparu : Le fragment de Kalakistan.

Ce manuscrit intraduisible fait partie d’un texte retraçant la vie de Gung le magnifique, un conquérant devant son pouvoir à un joyau de la taille d’un melon. Si quelqu’un en général et l’empereur zombie en particulier parvenait à déchiffrer ce manuscrit, la Terre serait certainement condamnée. Mr Groin (comprendre M. Hanche et pas M. Nez de cochon) fait aimablement remarquer à son employeur que si le manuscrit est intraduisible, la Terre ne risque rien. Mais c’est sans compter sur l’infâme empereur zombie qui se trouvait être autrefois le professeur H.G. Manifold, le plus grand spécialiste des langues anciennes.

Et c’est parti pour 22 pages d’aventures rocambolesques sous la plume et les pinceaux de Mike Mignola. On savait le papa d’Hellboy plutôt blagueur malgré un style graphique ténébreux. De l’humour très second degré dans les aventures du démon aux cornes coupées qui se trouve démultipliée dans celles de cet agent fédéral ne consistant qu’en une tête en forme de vis accompagné d’un Alfred Penniworth alternatif qui voudrait tuer toutes les personnes intelligentes de peur qu’elles deviennent des génies du crime et d’un M. Chien qui se trouve être ... un chien. Et qui repère le mal comme nul autre.

A personnage aussi haut en couleur, il fallait bien un ennemi digne de ce nom. Et l’empereur Zombie (qui n’est pas sans rappeler le méchant du titre The Goon, autre référence comique) est tout aussi secoué. Accompagné d’une femme muette et d’un assistant, Manifold est aussi looser que son adversaire auquel la chance sourit nettement plus.

Tout cela dans un rythme effréné auquel Mignola ne laisse aucune longueur. Ca court dans tous les sens, les personnages accumulent les bourdes ou font preuve d’une couardise rare, tout cela se terminant comme la pire des séries B et par un final complètement Monty Pythonesque. And now for something completely different ... the larch !

Graphiquement, rien à dire, c’est du Mignola tout craché. A savoir un travail sur les ombres toujours aussi soigné, des cadrages sympas, un jeu sur les silences impeccables et des personnages rapidement charismatiques. The Amazing Screw-On Head est un one-shot vif, amusant et irresistible. Un must dans le rayon "comédie".