Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Final Crisis > Final Crisis HC

Final Crisis HC

lundi 20 juillet 2009, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Grant Morrison / JG Jones, Carlos Pacheco, Doug Mahnke & Matthew Clark)

Ce HC contient les sept parties de la mini-série, les deux épisodes de Superman Beyond, le one-shot Submit et le Sketchbook.


Dans les temps anciens, les hommes préhistoriques se font la guerre mais Metron arrive et donne le feu à l’un d’entre eux, Athro. Bien des années plus tard, Dan Turpin de la police de New York enquête sur la disparition de six enfants. Ses recherches l’amèneront dans une décharge où il est confronté à Orion, l’un des New Gods qui est sur le point de mourir. Ses derniers mots sont "Il est parmi vous tous !". Et comme par hasard, Renee Montoya lui remet une invitation pour le Dark Side Club afin que Turpin trouve ce qu’il cherche.

Les gardiens sont concernés par la mort d’Orion et bloquent la planète mais il semble qu’aucune arme ne soit présente sur les lieux du crime. Et les vilains sont invités par Libra à rejoindre le dieu du Mal. Luthor est bien entendu très suspect quand à l’identité et les motivations du porteur de balance mais Libra va montrer qu’il est capable de réaliser les voeux de n’importe qui, même d’un sous-fifre comme Human Flame. Et cela va encore remuer les rangs des super-héros.

Final Crisis n’est pas la suite de Crisis on Infinite Earths et d’Infinite Crisis. En fait, Final Crisis est la suite des projets de Grant Morrison à savoir Seven Soldiers et 52. On y cause des New Gods, des Forvever People et de tout la quatrième monde, monde mis en place par Jack Kirby et qui a mis l’un des plus grands adversaires du DC Universe : Darkseid. Le jour où la Mal a gagné est bel et bien arrivé et le scénariste va devoir faire en sorte que les super-héros s’en sortent le mieux possible, ce qui ne veut pas dire que tout le monde s’en sortira. D’ailleurs, on regrettera que le premier mort ne soit pas mieux traité (on en saura un peu plus dans FC : Requiem inclus dans le TPB Final Crisis Companion).
Ca n’est pas le seul bémol à ajouter à ce récit, cliquez ici pour en savoir plus

on se demande
- ce qui est arrivé à John Stewart qui est crucifié puis qui court comme un lapin
- ce qui se passe entre le moment où Superman sauve Lois et celui où il se retrouve devant Brainiac 5 au 31ème siècle
- qui Black Lightning doit sauver, à moins que ne se soit uniquement pour introduire le Tatoo Man
- et bien entendu, ce qui se passe avec Batman, si on n’a pas lu Batman RIP

Ceci étant, et à la seconde lecture, ça reste du Morrison avec une très bonne trame et un amour du comic-book absolument sincère (avec les deux numéros de Superman Beyond qui vont vous retourner la tête, même si on ne bénéficie malheureusement pas de l’effet 3D qui était plus qu’un gadget dans la conception du dyptique).

Graphiquement, on a droit à des très bonnes planches de JG Jones. L’artiste ne pourra pas tenir la cadence et prendre toute la responsabilité pour le retard du titre. Il sera aidé tout d’abord par Carlos Pacheco et laissera la main à Doug Mahnke qui dessine déjà les deux parties de Superman Beyond. Ce dernier utilise un style moins détaillé et donc plus propre, plus lisse qui convient tout à fait à l’univers DC. Vous le voyez, même s’il y a des remplacements, les lecteurs ne sont absolument pas floués.

Final Crisis est donc une bonne histoire qui nécessite une seconde lecture et forcément des lectures parallèles (notamment pour Batman). C’était un risque à prendre pour DC et tout ce qui a été publié n’est pas forcément nécessaire à l’histoire de Morrison. Cependant, le résultat bien qu’imparfait est une histoire qui marque, ce qui est bien son but ultime.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0