Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Green Lantern > Green Lantern Corps TPB 3 : Ring Quest

Green Lantern Corps TPB 3 : Ring Quest

samedi 20 juin 2009, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Peter J. Tomasi / Patrick Gleason & Carlos Magno)

Ce TPB reprend les numéros 19, 20 et 23 à 26 de la série régulière.

Après les événements du Sinestro Corps War, les Green Lantern des différents secteurs se permettent un peu de repos ou prennent des grandes décisions dans leurs vies. C’est le cas pour Guy Gardner et Kyle Rayner. Les deux hommes décident de quitter la Terre pour s’installer définitivement pour Oa. Ce n’est pas chose facile pour Gardner qui laisse son bar et son amour pour une Ice "fraîchement" ressuscitée (cf Birds of Prey) mais le rouquin a un plan en tête : installer un bar sur la planète des gardiens pour créer un lieu un peu plus sympathique que la cafétéria officielle. Pour Rayner, les choses sont plus naturelles : s’il n’est plus Ion, il est désormais directeur artistique de tout ce qui peut sortir d’Oa.
Mais bien entendu, le repos va être de courte durée et les membres du Green Lantern Corps ayant un peu d’ancienneté et n’ayant pas perdu la vie lors du dernier conflit vont devoir enquêter sur la disparition de différentes bagues jaunes que les gardiens surveillent de très près ainsi que de celle des deux Lanterns censés les retrouver. Ce qu’ils ignorent, c’est que se trouve sur la planète Debstam IV un être particulièrement malsain, Mongul (Jr. pour les puristes).

Peter Tomasi prend définitivement les rênes de la série avec ces numéros après le départ de Dave Gibbons. L’ancien éditeur devenu scénariste s’en sort avec les honneurs. Derrière ce qui semble être la prise en main de différents personnages se cache une bonne histoire avec un bon vilain bien méchant et des gentils qui ont maintenant l’autorisation de tuer qui bon leur semble. Le combat entre Mogul et le Corps est bien rendu et pas trop long (4 parties pour l’arc Ring Quest). Aors certes, il y a toujours des petits détails qui ne sont pas top comme un Guy Gardner qui ne semble pas choqué par ce qu’il fait (mais cela peut encore être développé par la suite), une mort particulièrement gore et montrée en gros plan (j’espère que vous aurez bien digéré votre quatre heures avant de lire le dernier épisode) ou une autre bien triste (surtout quand le personnage est sympathique). Mais globalement, c’est de la lecture très agréable.

Patrick Gleason continue sur le titre et est épaulé par un certain Carlos Magno. Le résultat n’est pas terrible terrible. Magno a un style qui se repère facilement et qui tranche avec celui de Gleason qui est très particulier. Ce dernier est en petite forme sur les premiers numéros (ce qui n’empêche pas de très bonnes planches par ailleurs) mais se rattrape au fur et à mesure du bouquin. La palanquée d’encreurs explique aussi que le livre ne soit pas très homogène.

Au final, Green Lantern Corps reste une série bien fichue qui n’a pas à rougir devant la série-mère. Alors d’accord, on ne voit pas assez Kilowog dans cet opus mais cela n’est que partie remise, enfin je l’espère. Et pour info, les numéros 21 à 22 concernent les Alpha Lanterns et seront certainement inclus dans un prochain bouquin estampillé Green Lantern (tout court).


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

Messages