Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Superman > Superman : New Krypton Vol. 1 HC

Superman : New Krypton Vol. 1 HC

jeudi 18 juin 2009, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Geoff Johns & James Robinson / Jesus Merino, Leno Carvalho, Steve Scott, Pere Pérez, Pete Woods, Gary Frank & Renato Guedes)

Ce HC contient :
- Superman’s pal Jimmy Olsen Special 1
- Adventures Comics Special Featuring The Guardian 1
- Superman New Kyrpton Special 1
- Superman 681
- Action Comics 871

Jimmy Olsen en a gros sur la patate et bien assez de faire le larbin de service au Daily Planet. Heureusement pour lui, le combat entre Superman et Atlas va peut-être lui donner le scoop de sa vie lui permettant de prouver que lui aussi est un grand journaliste et peut-être d’intégrer enfin l’équipe de façon plus sérieuse. En effet, lors du combat, Olsen a pris les photos d’un homme volant. Il s’agit de Jonathan Drew. Celui-ci a donc des pouvoirs et arrive en même temps que d’autres faits étranges : une Supergirl qui vient filer un coup de main à son cousin mais qui se retrouve aussitôt affaiblie et des vaisseaux semblables à ceux censés surveiller les crimes pour la Metropolis Science Police. Tout cela doit bien avoir un rapport mais lequel ?
Jimmy en partant seul sur sa moto n’ignore pas qu’il se met en danger mais ignore certainement qu’il va se retrouver face à un assassin, à l’ancien projet Cadmus, au Guardian et à un plan pour tuer Superman.

Je ne parlerai pas de Superman pour ne pas spoiler ce New Krypton qui nécessite d’avoir lu au moins l’arc Brainiac. Mais disons que la vie de Clark Kent oscille actuellement entre une profonde et déchirante tristesse et une promesse d’espoir et de bonheur qu’il ne peut négliger.

Geoff Johns et James Robinson sont enfin arrivés à la grande étape qui concerne le monde de Superman, un peu comme R.I.P. et Battle for the Cowl pouvaient l’être pour Batman. Mais à force de placer des numéros spéciaux, le rythme de New Krypton vol.1 est d’une lenteur frustrante. On entre tout juste dans le vif de l’action en terminant le New Krypton Special, ce qui signifie qu’il ne reste que 22 pages à lire.
Autant dire qu’on n’est pas vraiment plongés dans l’action. Il serait intéressant de voir quand étaient parus tous ces comics, mais j’ai l’impression qu’on a droit ici à ce qu’un lecteur de mensuel a eu pour le premier mois de cet événement. Il y a de quoi grincer des dents d’autant que cette interminable début / introduction / prologue ne présente pas d’idées franchement innovantes. Cadmus, Doomsday, Luthor, Brainiac, les cités mises en bouteille ... Autant d’éléments qui ont été exploités par le passé et qui, ici, ne se montrent pas sous leurs meilleurs jours (ah tiens, un mort qui n’était pas mort finalement !). Et si vous avez lu une partie de l’histoire de Superman, il faut encore associer tout cela au sentiment désagréable de n’avoir lu qu’une partie de cette grande histoire et de ne pas bien pouvoir placer tous les pions de l’intrigue.

Forcément, avec tant de planches à produire en si peu de temps, il était fort logique qu’on fasse appelle à plus de mains que celles habituelles de Gary Frank et Renato Guedes, dessinateurs réguliers respectifs d’Action Comics et de Superman.
Etonnamment, ça passe très bien. Difficile de trouver qui fait quoi dans le premier numéro (entre Merino, Carvalho et Scott) mais que ce soit ces artistes ou bien Pere Pérez sur le second, le résultat est honnête voire même franchement bon. Ca désavantage presque les dessinateurs réguliers avec un Gary Frank très peu présent (et qui nous dessine une Lois Lane avec un cou de quinquagénaire anorexique) et un Renato Guedes qui a du mal à garder la qualité de ses premières planches (à moins qu’il cherche son style et on espère fort fort pour lui qu’il le trouve rapidement). Pete Woods, quant à lui, propose des planches correctes mais dont on sens qu’il était là pour dépanner et qui restent loin derrière ce qu’il peut faire en temps normal sans se presser.

Vous comprendrez donc que je suis très très mitigé sur ce premier volume de New Krypton. Je resterai certainement à bord, ne serait-ce que par habitude et pour voir si les éléments mis en place proposent de bonnes histoires mais pour l’instant, l’excitation est au point mort. Ce qui est à la fois dommage et totalement compréhensible vu comment est menée la barque DC éditorialement parlant.


Pour acheter ce livre ;

En VO :

Chez Amazon.com :

Chez Amazon.fr : (jetez un oeil sur le Marketplace !)