Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Zot ! The Complete Black & White Collection

Zot ! The Complete Black & White Collection

vendredi 3 avril 2009, par Mathieu Doublet

(Harper Books / Scott McCloud)

Ce volume reprend les numéros 11 à 36 de la série régulière.

Jenny est une jeune fille de quatorze ans. Sa situation familiale est plutôt tendue avec un frère tendant sur le bourrin et des parents en instance de divorce. Au collège, ça n’est pas beaucoup plus réjouissant : elle déteste le travail qu’on lui demande de faire et n’a pas beaucoup d’amis. Bref, quand un jeune garçon d’un monde parallèle lui rend visite, Jenny n’a pas à se faire prier pour l’accompagner. D’autant que cette Terre parallèle est tout bonnement parfaite : plus de pauvreté, plus de personnes ayant faim et un taux de criminalité extrêmement bas. Tout juste y a-t-il des savants fous qui veulent tout détruire sur leur passage mais Zot en arrive généralement facilement à bout.
Mais toutes les bonnes choses ont une fin et Jenny doit retourner dans son triste monde. Mais Zot lui a laissé un souvenir. Jenny a un pendentif qui pourra servir à Zot de repère pour retrouver aisément la jeune fille à l’aide des machines extravagantes de son oncle Max. Et si le jeune homme a promis à Jenny qu’ils se reverraient d’ici la fin du mois de septembre, il n’y a pas à s’inquiéter. Sauf quand on est une jeune adolescente et que chaque minute dure une éternité.

Zot ! a débuté dans un format couleur pendant 10 numéros. Des dires de son auteur, la série mettait en scène son héros dans des histoires n’ayant ni queue ni tête et servant surtout de défouloir à des aventures improbables dans la monde de son héros. A partir du numéro 11, un nouveau départ est envisagé (mais pas le concept du #1 qui est trop présent à cette époque) et McCloud va jouer sur les différences entre les mondes de Jenny et de Zot et le jeu amoureux qui est déjà bien tissé entre les deux et qui va, bien entendu, connaître quelques complications, d’autant que Zot joue le chevalier parfait qui aime tout le monde, mettant les sentiments de Jenny à rude épreuve.
C’est aussi l’occasion de découvrir une galerie de personnages assez sympathique : on va assez rapidement perdre de vue Digger et Hacker, deux amis de Zot mais pas celui de Vic, qui est associé d’une petite machine du nom de Floyd ou bien de l’oncle Max à la morale assez étrange (comme on pourra le voir en fin de volume - ne vous inquiétez pas, il ne s’agit nullement d’un spoiler).

La Terre de Jenny a aussi ses personnages particuliers et attachants, à commencer par Butch, le frangin qui aura le défaut de se transformer en singe en arrivant dans le monde de Zot. Il y a aussi Terry, la meilleure amie de Jenny, qui n’est pas franchement à l’aise à l’idée de mondes parallèles. Et puis tout un tas d’autres individus, le cercle d’amis autour de Jenny, qui ne sera dévoilé que très tard. Car Scott McCloud à quelques numéros de la fin de sa série prend une décision surprenante : dépasser le cadre du comic-book de super-héros pour en faire autre chose. Il enferme volontairement Zot et Jenny sur notre Terre et se concentre sur les sentiments de chacun. Le résultat peut sembler décevant mais il n’en est rien : McCloud se tire aussi bien de conflits extravagants que des ambitions contrariées d’un écrivain en herbe. Et si le contexte de notre Terre peut sembler plus triste, les aventures de Zot dans son monde oscillent aussi entre comédie et drame (ou angoisse). Rien de grim’n’gritty là dedans mais certains passages de Zot ! avec des vilains particulièrement frappadingues laissent un sentiment étrange dans la bouche.
Alors Zot ! est le comic-book parfait ? Non, pas vraiment. Au travers du bouquin, McCloud informe le lecteur de tout ce qui s’est passé, des changements qu’il a effectué sur certaines planches, de sa perpétuelle insatisfaction vis à vis de son dessin. McCloud fait le modeste car si en s’arrêtant sur chaque case, on peut trouver des inconsistances dans ses personnages humains, cela ne perturbe pas la lecture. Et les cases de Zot ! sont bien souvent richement illustrées et formidablement détaillées. Il n’y a qu’un point qui m’a ennuyé dans Zot !, ce sont les apparitions de Jenny dans le monde de Zot sans que personne ne soit allée la chercher. On la voit passer d’un monde à l’autre sans souci et comme il n’a nulle part été mentionné que la jeune fille pouvait le faire, on réalise que McCloud s’est parfois laissé à des facilités scénaristiques, ce qui ne constate pas ailleurs dans le bouquin.

Zot ! donnera ensuite naissance à Understanding Comics (L’art invisible) et à ses suites. McCloud aura scénarisé quelques séries (même chez Marvel ou DC). En conclusion, il annonce qu’il aimerait retourner à du comic-book de narration et pas de cours de bandes dessinées. C’est tout le mal qu’on lui souhaite : son premier essai était d’une très grande qualité, espérons que le suivant soit au moins à sa hauteur.
(Ah oui, j’espère aussi que les Zot ! en couleur seront un jour publiés avec les deux numéros dessinés par Chuck Austen - qui ne sont ici présents que par le biais du storyboard de McCloud trop petit pour être confortable à la lecture - et le supplément Zot ! 1/2 qui montre les aventures des héros en fil de fer).


Pour acheter ce livre :

Sur Amazon.fr en VO :