Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Vix ! #1-2

Vix ! #1-2

mercredi 25 mars 2009, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Rantz A. Hoseley / Matthew Humpreys)

Céleste est une jeune lycéenne qui préfère les missions et l’action au fait de se cacher pour utiliser ses pouvoirs et réviser les philosophes dépressifs. Il faut dire que les pouvoirs ont tout de même de bons côtés comme celui de faire ses tâches ménagères à la dernière minute, mais ils commencent tout de même à inquiéter sa meilleure amie Tatiana qui lui fait observer, avec justesse, qu’elle ignore tout d’eux et de leurs origines, sans parler des mots de tête derrière lesquels se cachent des hommes en noir ...

Rantz A. Hoseley, tout droit sorti du monde du jeu vidéo, nous raconte donc comment une jeune fille obtient des super-pouvoirs. D’après une interview pour Comic Book Resources, son objectif est de faire un comic-book intelligent pour les jeunes. Pourquoi pas ? C’est plutôt réussi, les personnages sont assez bien campés même s’il y a beaucoup de blabla et qu’on a l’impression que le scénariste se force à faire causer ses protagonistes comme des jeunes branchés. Du coup, ça fait quand même pas mal parasite et ce qui peut passer dans un format animé prend beaucoup trop de place dans un comic-book. Pour le reste, le cliffhanger de deuxième numéro laisse entendre tout de même un gros concept religieux. Ce qu’on en voit dans les pages précédentes laisse entendre à un bon gros twist des familles mais on n’en saura pas plus.

Deux numéros et c’est tout ? Ben oui, et c’est ça le souci car Vix ! est censé faire trois numéros. Sauf que depuis juillet 2008, plus rien. Matthew Humphreys, artiste de Vix ! qui a visiblement bossé sur d’autres titres (animés ou non : Dynamo 5, Runaways, Wolverine & The X-Men) et son travail d’artiste papier se combine avec son job régulier d’animateur. En lisant son blog, on peut comprendre qu’il n’était pas rémunéré pour certains projets et que du coup, sa priorité ne soit pas dans le comic-book.

Ces deux numéros forment donc une introduction qui n’est pas complète. La série avait pourtant de quoi être sympathique mais cette annulation / non-sortie du numéro 3 ne devrait pas pousser beaucoup de gens à regarder ce qui se passe dans le titre. Espérons que les créateurs puissent développer leurs propres concepts et au moins rentrer dans leurs frais.