Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Teen Titans Year One TPB

Teen Titans Year One TPB

mercredi 21 janvier 2009, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Amy Wolfram / Karl Kerschl)

Le TPB reprend les six parties de la mini-série.

Que se passe-t-il quand Batman dépasse les limites, vole et tabasse des innocents ? Quand Aquaman tente de détruire un sous-marin simplement parce que celui-ci salit sa mer ? Quand Green Arrow attaque un fourgon plein de billets verts ? Quand Wonder Woman se trouve confrontée aux forces armées du pays ?
Hé bien, leurs sidekicks ne savent plus vraiment où donner de la tête. C’est exactement ce qui se passe pour Robin (Dick Grayson), Wonder Girl (Donna Troy), Kid Flash, Aqualad et Speedy. D’autant que leurs aînés les traitent avec énormément de mépris quand ce n’est pas de l’humiliation ou de la violence. Alors les jeunes s’associent et essaient de comprendre ce qui a pu bien passer par la tête de leurs mentors et en se répartissant avec un peu de jugeotte, ils arriveront peut-être à découvrir pourquoi les héros se comportent comme des brigands.

J’avais lu le premier numéro de Teen Titans : Year One en mensuel pour voir ce que la mini-série pouvait donner et franchement, le traitement des héros par Amy Wolfram m’avait beaucoup surpris, la scénariste écrivant avant l’heure des scènes qui auraient leur place dans le All Star Batman & Robin de Frank Miller. Cependant j’ai sur une belle fausse route. En effet, point de révisionnisme dans ce Year One ou peu. En effet, il y a une raison à ce changement de caractère au sein des super-héros qui devra permettre aux jeunes de s’affirmer.
Un prétexte comme un autre qui toutefois souffre certainement d’une décision éditoriale peu maline. En effet, sur cette mini-série de six numéros, seuls quatre forment réellement une histoire complète. Le numéro où Robin s’affirme aux yeux du public comme le chef de la troupe et celui du rendez-vous amoureux de Wonder Girl et Speedy sont inutiles dans le cadre de la mini-série. Sans parler de l’absence de Superman qui est un souci pour le scénario mais qui peut s’expliquer par la situation délicate de Superboy au sein de l’univers DC.
J’ai vraiment eu l’impression que Year One était prévue pour durer plus longtemps (un sentiment renforcé par l’apparition de Beast Boy dans le premier numéro - en tout cas, j’ai pensé que c’était beast Boy car je ne vois vraiment pas l’intérêt de l’apparition d’un petit poisson vert sinon). Dommage, finalement, que tout cela soit limité à six numéros.

Teen Titans Year One m’a séduit grâce à la couverture du premier numéro réalisée par Karl Kerschl. Le dessinateur n’est bien entendu pas seul et l’équipe qu’il forme avec Serge Lapointe à l’encrage, Stéphane Péru (RIP) et Jonh Rauch à la colorisation a tout bonnement l’air d’une Dream Team du comic-book. Certes Kerschl pousse son style, déjà lu dans Adventures of Superman entre autres, encore plus loin dans le cartoon. La bande dessinée y gagne vraiment en sympathie même si le scénario ne s’y prête pas vraiment au début. Tout comme le duo "comique "formé par Aqualad (en mauviette particulièrement horripilante) et
Kid Flash (en impulsif qu’il est).

Globalement donc, et certainement par la faute d’une mauvaise entente sur le concept du titre au départ, Teen Titans Year One repose essentiellement sur les qualités de son graphisme. Pour le reste, on ne peut pas vraiment dire qu’on en apprenne beaucoup sur les agissements des jeunes super-héros de chez DC.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Messages