Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Vertigo > Scalped > Scalped TPB 3 : Dead Mothers

Scalped TPB 3 : Dead Mothers

samedi 27 décembre 2008, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Jason Aaron / R.M. Guéra, John Paul Leon & Davide Furno)

Ce TPB contient les numéros 12 à 18 de la série régulière.

Bon, là, je suis très très embêté parce que je ne peux pas vraiment écrire de résumé de ce TPB sans dévoiler la conclusion du précédent. Alors oui, vous pourrez bien deviner ce qu’il se passe sans que je dise grand chose et au final, cette conclusion est surtout l’élément déclencheur de pas mal de choses plus qu’une révélation, mais enfin, je mets mon résumé en "spoiler", et seuls ceux qui ont lu Casino Boogie n’auront pas de surprise gâchée.


Résumé du TPB Dead Mothers

Gina Bad Horse est morte. Et celui que cela touche le plus n’est autre que le chef de la réserve Lincoln Red Crow. Pas vraiment surprenant puisque les deux avaient certainement beaucoup en commun. Mais tout le monde soupçonne Lincoln d’être celui qui a tué (ou au moins commandité) Gina. Celui que cela semble le moins toucher, c’est Dashiell, rien de moins que le fils de Gina. L’agent fédéral en couverture dans la réserve préfère enquêter sur le meurtre d’une prostituée qui laisse quatre enfants orphelins. Est-ce que cela lui permettra de le sauver d’un rêve récurrent où il se fait prendre la main dans le sac par Red Crow et sa clique ? Est-ce que cela le sauvera de la déchéance dans laquelle il est tombé après avoir accepté le marché de dupes que lui a proposé le tordu de Nits ? Rien de moins sûr ...

J’avais été très agréablement surpris par Casino Boogie et surtout sa partie centrale. L’air de rien Aaron a placé là des personnages attachants et plein d’humanité, même s’ils sont de véritables crapules dont les défauts sont plus nombreux que les qualités. Dead Mothers, de par son titre, annonce la couleur et va bouleverser le destin de certains protagonistes et la définition que peut en avoir le lecteur depuis le numéro 1 de la série.

On continue donc de baigner dans cette torpeur et dans cette crasse sans vraiment vouloir en sortir. Le scénariste nous présente toujours cette chronique à la fois policière mais aussi très sociale avec un très léger soupçon de fantastique (essentiellement dû aux croyances indiennes que certains continuent de garder au plus profond d’eux-mêmes), de quoi plaire à un large public. Le final de l’arc éponyme du livre ainsi que celui du TPB en lui-même ne donnent qu’une envie : en savoir plus.

Scalped n’est pas pensée comme une série de TPBs. Les arcs sont souvent séparés par des numéros individuels, ce qui complique assez la parution en recueils. R.M. Guéra est toujours l’artiste du titre mais après 11 numéros, il prend une petite pause et laisse la main à John Paul Leon pour le numéro avant Dead Mothers et à Davide Furno pour le dernier numéro du livre.
Je ne connaissais Leon qu’avec son travail sur Earth X et consorts et je n’en étais pas un grand fan. Là, son style correspond tout à fait au récit et la couleur est en adéquation. Même si Dashiell paraît plus maigre que dans les numéros suivants, Leon fournit de superbes planches. Là où Leon utilise un encrage très épais, Furno va opter pour plus de hachures. Ca semble parfois assez brouillon mais là encore, le dessin y gagne en patate. Les styles sont donc différents et pourtant il dégage de tout ce TPB une véritable unité artistique.

Bref, Scalped n’est peut-être pas la série que je suivrais en mensuels mais la parution de ces TPBs est un véritable bon moment de lecture avec des personnages intéressants et une intrigue qui bénéficie de suffisamment de rebondissements pour garder le lecteur en éveil.
Vivement la suite.


Pour acheter ce livre :

En VO :