Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Vertigo > Hellblazer > Hellblazer TPB 2 : The Devil You Know

Hellblazer TPB 2 : The Devil You Know

mardi 23 décembre 2008, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Jamie Delano / Richard Piers Rayner, Mark Buckingham, Mike Hoffman, Dean Motter, Bryan Talbot & David Lloyd)

Ce TPB contient les numéros 10 à 13 de la série régulière, le premier numéro annuel ainsi qu’un récit en deux parties, The Horrorist.


Nous avions laissé John Constantine en fâcheuse posture puisqu’il avait des comptes à rendre à un certain démon dénommé Nergal et qu’il vient d’être abordé par l’être élémentaire végétal plus connu sous le nom de Swamp Thing.
Je peux difficilement en dire plus sans spoiler les premiers numéros de Hellblazer. Ce qui peut être dit c’est qu’avec ces quatre numéros, Delano réussit à s’intégrer dans la continuité de Swamp Thing, tout en gardant son intrigue saine et sauve, voire même en s’offrant une bonne résolution à une histoire pas forcément commode à conclure. Delano offre aussi à ses lecteurs la quasi-origine de John Constantine avec un superbe numéro #11, Newcastle, qui est repris dans le TPB Rare Cuts, ce qui montre l’importance de cet épisode. J’indique ici "quasi-origine" car la véritable origine de John Constantine est en partie révélée dans la mini-série Love Street.

De passé il sera aussi question dans le numéro annuel avec des extraits du clip des Mucuous Membrane (qu’un yuppie du rock propose à Constantine de ressortir pour se faire du pognon) et une histoire intéressante qui valide le fait que s’appeler Constantine amène une personne à être quelqu’un à éviter au plus haut point.

Le TPB se conclue par une histoire pour le moins étrange, qui est en relation avec Constantine car le personnage prétend avoir ce nom. Cette histoire en deux parties est la plus proche du premier TPB car Delano y renoue avec ses idées politiques et anti-capitalistes là où le reste du bouquin penche plus sur la résolution d’intrigue et une ambiance clairement fantastique.

Pour illustrer tout cela, il va y avoir du beau monde. John Ridgway laisse sa place à deux dessinateurs Richard Piers Rayner et à un certain Mark Buckingham qui sera plus tard associé à la série Fables. Les deux dessinateurs ont un style plus souple que celui de Ridgway mais gardent des dessins très réalistes et expressifs. On ne peut pas dire que les visages soient très réguliers mais je préfère ces nouveaux artistes.
Le numéro annuel est confié aux bons soins de Bryan Talbot plus connu en VF pour les Aventures de Luther Arkwright parues chez Kymera. Le dessinateur sera une fois plus en terrain "historique" puisqu’une bonne partie de l’aventure se déroule en territoire grand-breton avant l’avènement des catholiques.
The Horrorist quant à lui bénéficiera du savoir-faire de David Lloyd au style toujours aussi soigné.

Si ce second tome n’est pas forcément évident à lire (personnellement, je suis loin de l’avoir lu d’une traite), il honore toutes ses promesses avec tout d’abord la résolution de plusieurs intrigues du premier TPB et d’autres histoires qui enrichissent l’univers de John Constantine. Du très bon matos. Et grâce à DC, on risque d’avoir presque tout le run de Delano puisque les deux TPBs suivants sont d’ors et déjà disponibles.


Pour acheter ce livre :

En VO :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0