Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Autres éditeurs > Vampirella > Vengeance of Vampirella : Return of the Blood Red Queen TPB

Vengeance of Vampirella : Return of the Blood Red Queen TPB

samedi 29 novembre 2008, par Mathieu Doublet

(Harris Comics / Phil Hester & Joshua Hale Fialkov / Stephen Segovia)

Le TPB contient une partie des numéros de Vampirella Quarterly Halloween Special 2006, Spring 2007, Summer 2007 et Fall 2007. Le TPB ne contient pas les réimpressions des bandes dessinées parues dans le magazine Vampirella (respectivement dans les numéros 16, 12, 13 et 18).


Vampirella a une mission : trouver dix âmes de criminels non-repentants afin de les livrer à la reine rouge sang qui libèrera son amant, le dieu fou Chaos. Un comportement étrange pour la fille de Drakulon mais qui devient tout à fait compréhensible quand on sait que la reine en question tient Adam Von Helsing en otage. Vampirella doit donc se débrouiller pour sauver son ancien amant même si cela signifie d’amener quelques humains direct en Enfer et libérer une créature dont le nom n’inspire pas confiance.

Joshua Hale Fialkov, qui a fait une entrée remarquée dans le monde des comics avec son récit Elk’s Run, s’attaque à la demoiselle de Drakulon en ayant comme base le TPB Vampirella Revelations, plus ou moins repris dans le premier récit de Phil Hester. Et plutôt que d’introduire le nouveau status-quo pour Vampi, il rentre dans le vif du sujet : pas de rencontre avec la reine rouge sang, pas de pacte passé, quand le lecteur arrive à bord, le marché entre les deux femmes est déjà bien avancé.
Un direct qui laissera la part belle à l’Enfer et dont la construction ne sera pas sans rappeler justement le TPB Revelations. J’ai un peu de mal avec les confrontations démoniaques et surtout leur traitement qui est souvent le même d’un récit à l’autre. J’ai nettement préféré le récit de Phil Hester ou un tatoueur raconte comment il a été hypnotisé par la belle de Drakulon, plus dans un trip Conte de la crypte.

C’est Stephen Segovia qui illustre ce récit. Le style du dessinateur est bien adapté aux récits infernaux avec un trait nerveux mais moins crispé que celui de Mike Lilly. S’il fallait donner des ressemblances au trait de Segovia, je dirais que ce dernier s’est à un moment inspiré de Whilce Portacio et Leinil Yu. Mais on n’a pas à faire à une copie bon marché de ses deux dessinateurs. Si Segovia a encore une mise en scène trop cool pour être honnête, on peut voir que le dessinateur a un réel talent.

Comme Revelations, ce TPB n’est pas indispensable. Il est d’ailleurs dommage qu’Harris n’ait pas daigné y intégrer les récits old-school qui permettent au lecteur de retrouver les personnages de l’histoire principale et de comprendre que ce récit correspond en fait à une véritable vengeance de Vampirella puisque ce n’est pas la première fois qu’elle rencontre ces ennemis. Autre point étrange, la présence sur la couverture de Noel Salonga sur la couverture à moins que ce dernier ne soit l’auteur des toutes dernières planches du récit. En tout cas, Salonga est le dessinateur du récit qui suivra cette confrontation avec la reine rouge sang.


Pour acheter ce livre :

Aucune référence à Vampirella chez Amazon.fr, donc je renvois vers la boutique de Vampirella avec toutes les références du bouquin.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0