Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Vertigo > The Invisibles > The Invisibles TPB #3 : Entropy In the U.K.

The Invisibles TPB #3 : Entropy In the U.K.

lundi 1er janvier 2007, par Mathieu Doublet

Cet article est déjà paru sur le site France-Comics.

(Vertigo / Grant Morrison / Phil Jimenez, Tommy Edwards & Steve Yeowell)

Ce TPB reprend les numéros #17-25 du premier volume des Invisibles.

King Mob et Lord Fanny sont aux mains de l’ennemi et plus précisément de Sir Miles. Le duel psychique entre les deux hommes va pouvoir commencer tandis que Fanny, toujours en train de planer est enfermé(e) dans une cellule capitonée avec un garde armé pour la surveiller. Pour sa difficile tache qui consiste à savoir si l’homme séquestré est bien King Mob, Sir Miles n’est pas seul, il y a la très énigmatique Miss Dwyer ainsi que le seigneur de toutes les larmes. King Mob persiste à dire qu’il s’appelle Kirk Morrison, qu’il est écrivain et que les images d’aventures dans le monde des sixties ne sont autres que les aventures d’un héros fantasmé, Gideon Stargrave. Autant dire que Miles a du pain sur la planche.

De leur côté, Rigged Robin et Boy se demandent bien où se trouvent leur deux collègues et se décident à partir à leur rencontre. Une fois de plus, elles ne seront pas seules et leur invité mystère pourrait bien avoir un rapport avec la 13e arcane que Robin a tiré de son jeu de tarot. Quant à Jack Frost, il est toujours aux abonnés absents mais son destin va le rattrapper à grands pas.

Dans ce troisième TPB, Morrison passe à la vitesse supérieure et se concentre énormément sur les Invisibles et leur histoire en cours. Il n’oublie pas de nous donner quelques informations sur les origines d’un des Invisibles, en l’occurence Boy et permet aussi au lecteur de savoir où se trouve Jack Frost et ce qu’il fait.
La baston mentale entre Sir Miles et King Mob permet à Morrison de créer des aventures rocambolesques à la Austin Powers, et le côté flower-power est maintenu avec l’étrange Mister Six qui se tape les cheveux bouclés permanentés, la grosse moustache et le pantalon patte-d’éph’. Manque plus que les poils qui sortent de la chemise et le tour est joué.

Ce troisième TPB, s’il est plus homogène dans son scénario, ne bénéficie pas plus d’artistes réguliers que ses prédécesseurs. Je découvre avec bonheur Phil Jimenez (dont j’avais déjà entendu parler sur New X-men ou encore Wonder Woman mais que je n’avais pas encore découvert) et son style si précis. Tommy Lee Edwards (qu’on retrouve sur Batman dans le No Man’s Land) illustre les sombres origines de Boy avec son style assez proche de ce que peut faire Mignola et le TPB se termine par celui qui a débuté la série, Steve Yeowell.

Pour apprécier pleinement ce "Entropy In The U.K.", il va falloir garder ses chakras bien ouvertes, garder en tête toutes les possibilités temporelles existantes car Grant Morrison ne va pas se priver de placer des planches censées se situer dans le passé ou dans le futur des personnages alors que ces événements ne se sont peut-être pas passés ou ne se passeront peut-être pas. Verra-t-on vraiment un Jack Frost mourrant sur son lit d’hôpital tentant de dire ses derniers mots "Fu - fuh —hhh" (voir la première page du premier TPB pour plus d’indices !) ?

Ce TPB conclut le premier volume des Invisibles certes plus ou moins tirés d’affaire mais tout cela garde un goût d’inachevé. Heureusement, qu’un second volume a vu le jour et qu’il est repris par les TPB #4-7.

Pour acheter ce livre :