Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > IDW > Silent Hill : Three Bloody Tales

Silent Hill : Three Bloody Tales

samedi 18 octobre 2008, par Mathieu Doublet

(IDW / Scott Ciencin / Shaun Thomas & Nick Stahl)

Ce TPB reprend les trois on-shots :
- Among the Dead
- Paint it Black
- The Grinning Man


Silent Hill accueille trois nouvelles âmes pas tout à fait innocentes. Il y a Jason, un ancien soldat qui a visiblement vécu une histoire horrible avec sa patrouille. Il veut aller dans les montagnes pour pouvoir profiter du paysage une dernière fois et se coller une balle dans la tête. Sauf qu’en chemin, il semble percuter une jeune fille. La voiture est fracassée et pourtant aucune autre personne ne se trouve dans les environs. Seule solution : aller voir à Silent Hill si quelqu’un a vu une jeune fille mal en point.

Il y a Ike, un peintre qui fait dans le bien sombre, une espèce de H.R. Giger en moins mécanique. Celui vit au dépens de tous ces amis jusqu’à ce qu’il se fasse jeter de tous ses points de chute. Jusqu’à qu’il rencontre un métalleux qui lui parle d’une ville abandonnée dont pourtant les supermarchés sont remplis. Il ne faut pas aller plus loin pour Ike qui trouve en Silent Hill, l’endroit dont il a toujours rêve. Sans se rendre compte qu’il y a forcément un prix à payer en restant à cet endroit.

Le dernier à voyager dans la ville maudite est le policier Tower qui part à la retraite. Il était chargé des dossiers de nombreuses disparitions autour de Silent Hill mais ne pouvait rien faire, les affaires étant confiées aux bons soins des fédéraux. Tower espère qu’un autre flic prendra sa relève mais il ne s’agit pas tout à fait de la personne désirée. En effet, c’est le jeune Mayberry qui est affecté et tout le monde sait que si le jeune agent est doué, il est aussi complètement fou croyant à fond dans le surnaturel. Tout le contraire de Tower, donc. Et les deux hommes vont devoir faire équipe en plongeant directement dans Silent Hill.

Scott Ciencin, scénariste de la première mini-série Dying Inside, explore la ville de Silent Hill à travers différents personnages qui s’y retrouvent plongés par hasard, par choix et par enquête. Trois raisons différentes qui se traduiront bien entendu par des destinées différentes. D’autant que le scénariste va ouvrir le concept de la ville qui a eu, dans ses incarnations vidéoludiques, plutôt des prétentions rédemptrices.
Ce qui pourra choquer les fans, c’est qu’on rencontrera des monstres parlants qui n’existaient pas jusqu’alors et qui peuvent donc être interprétés comme des symptômes de celui qui arpente la ville. Ciencin prendra aussi la liberté de créer des personnages qui veulent tirer profit de la ville et le peintre n’est pas le seul ...
Si les libertés élargissent le champ des possibles et permettent de lire des histoires sensiblement différentes, le défaut de Dying Inside est toujours présent : à la fin des récits, on a toujours l’impression qu’il manque quelque chose, qu’on n’a pas tout compris, que les personnages n’ont pas eu le développement qu’ils méritent.

Et les illustrations ne rendent pas les choses beaucoup plus simples. Shaun Thomas va se charger des deux premiers récits (Among the Dead et Paint it Black) tandis que Nick Stahl va prendre en main The Grinning Man. Au final, les deux artistes ont le même défaut, des personnages trop identiques, une colorisation certes stylisées mais pas des plus lisibles et une mise en page complexe avec des cases assez petites se focalisant sur des éléments pas vraiment reconnaissables.

On est donc dans le flou pendant un certain moment. Konami doit certainement le vouloir car ce genre de franchise est bien gardée. Donc on va dire que ce sentiment d’inachevé est intentionnel. Que les lecteurs qui ne veulent prendre la peine de décoder les planches s’en aillent et que les amateurs de remue-méniges approchent.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Three Bloody Tales est aussi disponible dans l’Omnibus Silent Hill :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0