Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > JLA / JSA > JLA The Deluxe Edition Volume One

JLA The Deluxe Edition Volume One

dimanche 28 septembre 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Grant Morrison avec une pincée de Mark Millar / Howard Porter & Oscar Jimenez)

Ce volume contient :
- les 9 premiers numéros de la série régulière JLA Vol. 2 (1997)
- un récit tiré de JLA Secret Files & Origin 1

Alors que la précédente Justice League a été dissoute, il reste une équipe de remplacement qui va devoir montrer ses aptitudes alors qu’un vaisseau alien est installé en plein dans un immeuble de Blue Valley, ville anciennement protégée par le Flash. Le "speedster" ne peut pas vaincre l’alien qui a la fâcheuse manie de coller des espèces de masques sur le visage de tout le monde. La JLA va donc devoir se charger de l’affaire. Sa composition est la suivante : Superman, Batman, Wonder Woman, Martian Manhunter, Aquaman, le Green Lantern Kyle Rayner et Flash (quand celui-ci est disponible).

Après une première mission pour le moins particulière, les membres de la JLA vont devoir affronter de nouveaux adversaires qui, au premier abord, ne sont pas si méchants que ça. En effet, l’Hyperclan a beau débarquer en plein jardin de la Maison Blanche a bord de leur vaisseau extra-terrestre qui en impose, ils arrivent aussi pour sauver la Terre avant que celle-ci ne soit complètement détruite par l’avidité de ses habitants. Ils se chargent donc, par exemple, de faire pousser des plantes en plein désert ou d’exécuter publiquement des super-vilains. Il n’en faut pas plus pour que les Américains soient conquis. Mais Superman et sa bande savent bien que tout cela cache quelque chose et quand les membres de l’Hyperclan attaque nos justiciers, cela ne fait que confirmer leurs soupçons.

Cette JLA est donc l’avant-dernière en date (la dernière version étant celle mise en place par Metzler et Benes) et c’est une grande signature qui nous permet d’obtenir cette très belle édition. En effet, c’est le papa de Final Crisis, Grant Morrison qui signe les premiers numéros de la JLA (et qui tiendra sur grosso modo une quarantaine de numéros). Et donc bon nombre de lecteurs attirés par la très bonne tenue de son Batman, l’excellence de son All-Star Superman ou bien ses travaux passés (Invisibles, Filth, We3 et j’en passe) voudront voir de quoi retourne sa JLA.
Et bien, de pas grand chose de fracassant à vrai dire. Les histoires sont simples tenant ici au maximum sur quatre numéros. Elles restent très agréables à lire car on n’est pas dans du glauque gratuit mais bel et bien dans de l’aventure colorée. Cependant si les idées de base sont toutes très excessives (dans le bon sens du terme - comme ces premiers pas de super-héros proactifs bien avant The Authority), le traitement est des plus classiques. C’est Grant Morrison, d’accord mais du Grant Morrison d’une dizaine d’années et sur du super-héros classique.

Il faut dire aussi que Morrison n’est franchement pas aidé au niveau des illustrations de son récit. Car Howard Porter n’a pas un dessinateur qui m’a convaincu. Au détour des planches, on pourra voir dans le décor un bouquin estampillé Ramos. Si Porter se réfère à Humberto Ramos, on sent bien parfois que son style s’en rapproche, notamment sur les personnages féminins qui m’ont fait penser à la période où Ramos dessinait DV8 : pas forcément du grand travail mais quelque chose d’assez sympathique et sexy.
Du coup, les personnages féminins sont bien servis (Wonder Woman en tête). Il est autrement de tous les personnages masculins et en particulier de tous ceux qui ne sont pas couverts de masques ou de costumes. J’ai trouvé en général les planches de Porter franchement laides et il m’a fallu bien des efforts pour continuer ma lecture.

C’est peut-être là le point majeur qui m’a fait comprendre que ce livre de la JLA n’était pas incroyable : le scénario ne m’a pas permis de passer outre le dessin, ce qui m’arrive habituellement quand l’histoire est bonne. Si DC annonçait de prime abord que tous les numéros de la JLA seraient compilés comme ce livre, on pourrait penser que l’édition Deluxe serait un bon moyen pour les complétistes d’avoir la série entière. Cependant, je doute que la série soit entièrement reprise et que seuls les numéros scénarisés par Grant Morrison auront droit à ce traitement de faveur. A vous de voir si ils méritent un tel traitement, d’autant que quelques uns de ces épisodes sont déjà parus en français dans feu la revue Strange, à l’époque où Semic avait perdu les droits Marvel et avait commencé à publier du DC.

Ah oui, notez que cette version Deluxe est cartonnée et que la taille est celle d’un Oversized de chez Marvel donc beaucoup plus grand qu’un comic-book standard et plus petite qu’un Absolute.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Disponible aussi sous forme de deux TPB classiques à couverture souple :

New World Order :

American Dreams :

En VF :

Les épisodes ont été publiés dans la revue kiosque Strange n°325 à 333. L’épisode Special Files & Origin est inédit en VF.